Guérir par les « câlins »

Depuis le début du siècle, les services de câlins sont devenus un commerce qui gagne en importance, non seulement au Canada, mais aussi à travers le monde entier. L’idée de l’effet thérapeutique du toucher n’est pas nouvelle et a été confirmée par de nombreuses études scientifiques. Selon des travaux publiés par le médecin et docteur David Servan Schreiber à Paris en 2003, le fait de se toucher mutuellement fortifierait le système immunitaire et repousserait le cortisol, hormone du stress.

Il y a deux ans déjà, notre journaliste Johara Boukabous nous avait parlé de l’apparition des premiers services de câlins mis sur le marché vancouvérois, considérés comme un remède pour combattre le sentiment de solitude ressenti dans cette société moderne. Parmi eux, les Cuddle Parties, à traduire littéralement par « soirées câlins », où l’on partage de l’affection en groupe avec… des inconnus.

Un peu de tendresse…

Cuddle Party est née en 2003 dans le centre-ville de New York, capitale américaine du célibat, avant de gagner le reste des États-Unis. Paradoxalement, le mouvement s’est donc développé dans un pays où il est difficile de toucher une personne sans avoir à subir un procès pour harcèlement sexuel. Les soirées câlins s’organisent en ateliers au cours desquels des personnes qui ne se connaissent pas se blottissent l’une contre l’autre sur des matelas, en pyjamas, et bavardent.

Les participants conversent tout en massant les épaules des autres, en partageant des câlins et des accolades, etc. Pour les plus timides, l’option de ne pas « câliner » du tout, mais de simplement socialiser (en l’absence de téléphones cellulaires) et se détendre est possible. Certaines personnes sont tout de suite à l’aise avec le toucher, d’autres peuvent assister à un ou deux ateliers avant de se sentir prêtes pour une accolade ou un câlin.

Selon Karin Whittaker, animatrice professionnelle de Cuddle Party à Richmond, ces ateliers sont consacrés « à la connexion humaine et au toucher platonique et consensuel », sous couvert de règles, simples, mais strictes : aucun rapprochement d’ordre sexuel ne doit être entrepris, sous aucun prétexte. Elle a commencé son premier atelier il y a deux ans et organise aujourd’hui deux ateliers par mois dans son appartement à Richmond, avec entre 10 et 25 participants pour chaque atelier.

Un atelier de Cuddle Party Vancouver. | Photo de Cuddle Party Vancouver

… Pour un évènement éducatif et thérapeutique

Selon Karin, les gens participent à Cuddle Party pour y trouver un lien humain : se faire de nouveaux amis et améliorer leur communication, partager des conversations, serrer quelqu’un dans ses bras ou être dans les bras d’autrui, partager des histoires de vie (drôles et tragiques), s’amuser en chanson, faire son deuil en paix, se détendre et faire une sieste dans cette atmosphère atypique, ou encore pour réseauter. « La plupart des participants participent uniquement pour la joie sociale et les bienfaits du contact – c’est un événement éducatif et thérapeutique sur la gentillesse et le jeu », affirme l’organisatrice.

Durant ses deux ans de pratique, cette cuddler professionnelle a listé une variété de raisons pour lesquelles les gens viennent à ses ateliers. « Beaucoup de personnes mettent en défi leurs limites de confort au niveau de l’intimité physique, il y a des célibataires qui veulent de l’amitié et de l’affection, des couples qui veulent un soutien pratique pour rafraîchir leur relation, certaines sont des personnes avec des partenaires incapables de toucher ou d’être touchés, des nouveaux immigrants sans famille ici à Vancouver, des personnes qui ont grandi dans des familles avec un manque de toucher affectueux, celles en perte et en deuil, d’autres qui veulent se renseigner sur la communication claire et l’établissement des limites, c’est-à-dire savoir dire non, ou encore d’autres qui viennent parce qu’ils sont curieux ou simplement s’amusent », a-t-elle révélé par la suite.

Pour David Purves-Smith, qui a participé à une soixantaine de soirées câlins à Richmond, il s’agit « d’expérimenter l’amour inconditionnel, l’attention, la compréhension et l’acceptation des personnes qui sont en quelque sorte presque complètement étrangères ! » Chaque atelier lui apporte des expériences différentes qui soulèvent son humeur, sa pensée positive sur soi et les autres, et renouvellent ses perspectives d’espoir pour l’avenir.

Pour plus d’informations : www.cuddleparty.com/vancouver

Leave a Reply