Autisme, et si l’on voyait la vie sous un autre angle ?

Photo de Canucks Autism Network

Puisque chacun apporte sa pierre à la construction d’un monde meilleur, la personne atteinte d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA) empile aussi la sienne, mais de manière atypique. Sa vision particulière des choses suscite parfois l’incompréhension, parfois l’empathie et parfois même le rejet.

L’écrivain français Christian Bobin a dit un jour : « L’autisme est un soleil inversé : ses rayons sont dirigés vers l’intérieur ». L’inclusion face à la différence nous pousserait-elle alors à voir la vie sous un autre angle ?

Qu’est-ce que l’autisme ?

L’autisme, ou plus communément appelé troubles du spectre autistique (TSA), consiste en des difficultés du développement humain définies par une interaction sociale ou une communication atypiques, combinées à des intérêts restreints ou des comportements répétitifs. Les symptômes sont souvent détectés par les parents dans les premières années de la vie de l’enfant.

La compréhension de l’autisme reste à ce jour très complexe. Les origines des TSA comportent une part de génétique et des influences environnementales encore mal comprises. Les recherches sur l’autisme se poursuivent dans différents domaines. Ces études visent à mieux cerner les différentes causes biologiques, à permettre une meilleure classification des patients pour ainsi concevoir des traitements et des prises en charge personnalisées pour chacune des personnes atteintes.

Les services en Colombie-Britannique

Plusieurs services sont offerts aux personnes atteintes de TSA et leur famille en Colombie-
Britannique. Parmi ceux-ci, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) offre un appui éducatif soutenu à ces élèves. « Chaque élève atteint de TSA reçoit une désignation du ministère de l’Éducation et ainsi un financement. Au CSF, ce financement est transformé en heure d’aide pédagogique spécialisée (APS). L’aide à l’élève est donc offerte en classe », indique Mary-Lou McCarthy, directrice adjointe des services de l’instruction au CSF. « L’élève a aussi accès aux services spécialisés complémentaires dont il a besoin. Par exemple, des services en classe ressource s’il a des difficultés scolaires ou encore des services de soutien où la conseillère pourrait, par exemple, travailler en petits groupes pour développer des habiletés sociales », ajoute-t-elle.

Autisme : l’acceptation de la différence comme cheval de bataille.

L’organisme Canucks Autism Network (CAN) propose quant à lui des programmes sportifs pour les personnes atteintes de TSA. « Par le biais de techniques de soutien spécialisé, la collaboration des parents et un ratio élevé de personnel formé et de bénévoles dévoués, nous sommes capables de faire en sorte que chaque participant réussisse selon ses propres standards. Nos programmes aident les personnes atteintes de TSA à construire leur confiance et les compétences nécessaires pour profiter de l’activité physique dans leur vie de tous les jours, tout en développant des compétences sociales et de communication », explique Lindsay Petrie, directrice du marketing et des communications pour CAN. Ces programmes sportifs comprenant, entre autres, le hockey, le bateau dragon et le vélo, sont ponctués d’événements familiaux tout au long de l’année. Ces occasions permettent non seulement de socialiser, mais aussi de trouver un appui auprès de la communauté.

De belles réussites

Bien que le plus grand défi des personnes atteintes de TSA semble être la socialisation, les intervenants sont souvent témoins de belles réussites. « Plusieurs parents nous disaient que leurs enfants ne seraient jamais capables de nager, de pratiquer un sport d’équipe ou même de se faire un ami », confie Lindsay
Petrie de CAN. « Mais chaque jour, j’entends des parents témoigner qu’ils ont vu leurs enfants faire tomber les barrières et acquérir de nouvelles compétences en participant à nos programmes », renchérit-elle.

Quel que soit leur milieu, leur âge ou leur sexe, l’acceptation de la différence par les pairs joue un rôle important dans le développement des personnes atteintes de TSA. « Je me souviens d’un élève non-verbal de la maternelle qui avait de grandes difficultés à entrer en contact avec les autres et qui, en juin, trônait au centre du spectacle de fin d’année », raconte Mary-Lou McCarthy du CSF. « Son enseignant lui avait donné une place privilégiée au centre de ses pairs qui dansaient tout autour. C’était fabuleux ! », conclut-elle.

Avril : le mois de la sensibilisation à l’autisme

Le 2 avril marque la Journée internationale de la sensibilisation à l’autisme. Donnant ainsi le ton au mois qui sera complètement dédié à la sensibilisation aux troubles du spectre de l’autisme. Pour cette occasion, l’organisme Canucks Autism Network tiendra son Festival familial annuel, le dimanche 9 avril à Jack Poole Plaza (Vancouver Convention Centre). De la musique live, des activités familiales, des artisans, un tournoi de hockey et plusieurs autres surprises seront au rendez-vous lors de cet événement gratuit et ouvert au public.

Information : www.canucksautism.ca

Leave a Reply