Nourrir la planète, un enjeu inaccessible ?

La famine dans le monde semble une aberration inconcevable. Des millions d’individus souffrent de la faim, et ce n’est pas parce que les productions des États sont en dessous des besoins alimentaires de leurs citoyens. La réalité est fort navrante ! Des personnes par millions sont simplement trop pauvres pour se payer de quoi manger.

De plus, les infrastructures permettant le mouvement des biens de consommation du « fabricant »
au consommateur font défaut dans une majeure partie de la planète. La rapporteuse spéciale de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Hilal Elver, a confié à ce sujet son pessimisme à notre consœur du Monde, E. Van Eeckhout : « On a longtemps fait reposer nos espoirs d’éradiquer la faim sur la seule augmentation de la production agricole. Or cela ne suffit pas : la sous-alimentation résulte avant tout d’une insuffisance de pouvoir d’achat pour se nourrir ».

UBC initie une réflexion sur l’enjeu environnemental le 7 avril prochain.

Aspirer à une autosuffisance alimentaire globale

Le phénomène du changement climatique a un effet frontal sur l’agriculture. La capacité de tirer de la terre les produits nécessaires à la subsistance de la planète est contrariée, voire compromise par les inondations, les déforestations et leur lot de sécheresse. Et comme de solides études scientifiques préviennent des conséquences du réchauffement de la planète au-delà du seuil de 2 °C, il est à craindre que la sécurité alimentaire mondiale pâtisse de tant de facteurs à incidences négatives sur la survie de l’humain.

De ce fait même, la sécurité alimentaire est un défi mal engagé, et la famine sera du nombre des calamités à juguler de plus en plus. Il va de soi que de sérieuses initiatives multiformes doivent être prises au plus vite. De ces initiatives, la réflexion en elle-même sur le sujet est fondamentale. Le mérite de la prochaine conférence de l’université de Colombie-
Britannique (UBC) réside à ce niveau.

UBC initie une réflexion sur l’enjeu environnemental

Dans sa série de dialogues sur le thème de « l’alimentation et notre futur », UBC se focalisera sur le sujet de l’environnement et les enjeux agricoles. La rencontre aura lieu la journée du 7 avril sur le campus d’UBC à Vancouver. Il est à espérer qu’elle travaille à nous rapprocher de la solution, en vue d’éradiquer la faim partout où elle sévit.

Le changement climatique, la sécurité alimentaire, la biodiversité, la justice sociale seront entre autres les thèmes passés au crible. Analyser en détail des sujets transversaux permettant de cerner la question de la famine semble d’une portée majeure dans la quête d’une justice sociale pour tous.

Quid de l’engagement de l’ONU à juguler la faim d’ici 2030 ?

La rencontre mondiale de Paris sur le climat, connue sous le vocable de 21 COP, s’était engagée en 2015 à l’éradication de la faim dans le monde d’ici 2030. Force est de constater que les résurgences de la famine dans bien d’endroits de par le monde (Éthiopie, Sud Soudan), donnent à douter de l’atteinte de cet objectif, ou à tout le moins, contrarient une telle perspective.

L’experte Hilal Elver n’a pas manqué de fustiger les politiques mises en place par les États. Cette chevronnée estime qu’il y a assez de nourriture pour tout le monde, le défi se trouverait ailleurs, car, dit-elle, la pauvreté et l’accès à la nourriture butent sur le fait que « pour beaucoup d’États, il serait inacceptable d’agir sur la demande ».

Elle s’est ainsi confiée à notre consœur du monde, Laetitia Van Eeckhout : « Dans le projet d’accord présenté en vue de la conférence de Paris, la question de la sécurité alimentaire a été supprimée. Ce n’est pas de bon augure. »

Quels pronostics pour l’avenir de la planète ?

Le sujet avait déjà été abordé à titre personnel dans le bulletin d’information suisse
N° 1/2012, février-mars de l’Église réformée de langue française en Argovie : « La finalité de toute action consistera à mettre à la disposition des plus pauvres les moyens de subvenir à leur besoin de s’alimenter, dans un élan solidaire des riches ».

Dans cette même parution de 2012, le diacre Éric Vuithier, à la fois résigné et réaliste disait :
« Les experts affirment que l’agriculture d’aujourd’hui serait en mesure de nourrir normalement 12 milliards d’êtres humains. En ce sens, la faim n’est pas une fatalité, quand bien même toutes les cinq secondes un enfant de moins de 10 ans meurt de faim dans notre monde !
[…] Un milliard de personnes souffrent de sous-alimentation dans le monde ! Soit un septième de la population. 80 % d’entre elles vivent dans des régions rurales (zones de production), entre 60 % et 70 % sont des femmes (données de la FAO) ».

Les propos piquants du diacre Éric Vuithier hier ne sont-ils pas tout autant actuels et vrais en 2017 ? Si cela est le cas, une impérieuse réaction collective et individuelle s’impose.

Plus d’informations sur l’historique du droit à l’alimentation sur la version en ligne de La Source,
à la fin de l’article.

Historique du droit à l’alimentation
On crédite généralement le président des États-Unis Franklin Roosevelt d’avoir été le premier à affirmer dans un célèbre discours de 1941 que chaque être humain jouit dès sa naissance d’un droit inhérent à l’alimentation. Ce discours énonçait les « quatre libertés », qui ont donné leur nom à ce discours : la liberté d’expression, la liberté de culte, le droit d’être préservé du besoin et celui d’être affranchi de la peur.Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux pays ont adhéré à ces principes. Une des toutes premières actions de l’Assemblée générale des Nations Unies à peine créées a consisté à les intégrer à la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée en 1948. L’article 25 de la Déclaration cite ainsi nommément le droit à l’alimentation : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation (…) ».

L’article 11 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (adopté en 1966 par l’Assemblée générale de l’ONU, entré en vigueur en 1976 et ratifié à ce jour par 156 pays) reconnaît « le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture [suffisante] » ainsi que « le droit fondamental qu’à toute personne d’être à l’abri de la faim ».

En 2004, le Conseil de la FAO a voté à l’unanimité des Directives sur le droit à l’alimentation, donnant ainsi à la communauté internationale un outil pratique important. Elles posent une passerelle entre la reconnaissance juridique de ce droit et sa réalisation effective et donnent aux différents acteurs et partenaires un ensemble cohérent de recommandations.

Source : www.droitshumains.org

Leave a Reply