Les existences invisibles vues à travers la lentille

L’hypnotique oeuvre Nearby Nearby, 291 Walls (2015). | Photo par Kelly Lycan

« You road I enter upon and look around, I believe you are not all that is here, I believe that much unseen is also here »

Cette prose tirée du poème « Song of the Open Road » écrit par Walt Whitman en 1856 fait vibrer, encore aujourd’hui, de nombreuses personnes. C’est de cette prémisse que la Contemporary Art Gallery s’inspire librement afin de concevoir l’exposition de photographies Song of the Open Road, qui sera visible jusqu’au 18 juin et prenait part au célèbre festival de photographie Capture.

« Song of the Open Road est un poème célèbre qui traite du souvenir et de la perspective de se réjouir, de voir ce qui n’a pas encore été vu », explique Jill Anderson, directeur des communications de la Contemporary Art Gallery. Ainsi, les œuvres d’artistes invités sont orientées sur le concept selon lequel « ce que vous voyez, n’est pas nécessairement la réalité ».

« C’est une exposition unique et à voir puisqu’on réunit dix artistes qui travaillent et créent des œuvres en utilisant des lentilles ! », Souligne Jill Anderson. Ainsi, Song of the Open Road regroupe des talents du Canada, mais aussi d’Irlande, de Suède, d’Érythrée et des États-Unis.

Chacun de ces artistes a une approche différente de la photographie : certains conservent la technique traditionnelle tandis que d’autres utilisent la technologie. Les procédés englobés sont ainsi nombreux, allant de la production d’image traditionnelle et de la photographie en noir et blanc, aux technologies numériques, impressions numériques, voire même images animées.

L’importance de revisiter

Les artistes adoptent différentes démarches qui peuvent pourtant être similaires dans l’art de mettre en scène et de raconter subtilement des histoires. Parmi eux, Robert Arndt a spécialement conçu l’installation Remainders, Repeats and Rejects pour Song of the Open Road. Dans cet espace, plusieurs photographies sont disposées à différents niveaux, ce qui force le visiteur à prendre son temps et à faire le lien entre les différentes images pour ainsi créer son propre récit.

D’un autre côté de la galerie, nous découvrons la simplicité et la sobriété de l’artiste irlandais Gerard Byrne qui présente une série de photographies en noir et blanc intitulée Images or shadows of divine things mettant en scène les rues de l’Amérique urbaine, des portraits et des objets du quotidien. Ces photographies donnent l’impression d’un retour aux années 60. Toutefois ce n’est qu’une illusion puisque tous les clichés ont été pris à partir de 2005.

Puis, dans une chambre noire, l’installation vidéo et sonore Sunsets de Lisa Tan expose des séquences visuelles qui ont été filmées à trois heures du matin l’été ou bien à trois heures de l’après-midi pendant l’hiver. L’originalité de l’œuvre réside dans la combinaison de l’audio. Sunsets explore la relation entre le langage, l’image et l’expérience dans ses multiples facettes.

Jacqueline Hoàng Nguyen, Greg Staats, Dawit L. Petros, Kelly Lycan et Niamh O’Malley exposent aussi une de leurs œuvres pour Song of the Open Road.

Untitled (Objects of Reciprocal Thinking), 2014, par Greg Staats. | Photo par SITE Photography

Ouvrir les yeux !

Deux œuvres de l’exposition sont présentées en dehors des murs de la galerie, peut-être les avez-vous aperçues et pris quelques minutes pour les admirer…

L’œuvre de la Vancouvéroise Vikky Alexander Model Suite (Sliding door) (2005/17) s’affiche à l’extérieur de la station de Skytrain Yaletown-Roundhouse. Elle présente une murale de trois grandes photographies illustrant la chaleur de l’air urbain et la fraîcheur du ciel ouvert de la nature.

Installée dans les fenêtres du CAG, Ambient Advertising de Kelly Jazvac peut être vue depuis l’extérieur par la rue Nelson. L’image tranchée en large bandes représente la tranquillité du paysage canadien. L’œuvre tente de questionner l’observateur sur la culture de la consommation contemporaine. Le titre de l’œuvre et son emplacement ne sont pas l’effet du hasard. Il faut souligner le clin d’œil aux publicités contemporaines dont le propre est d’afficher des messages publicitaires dans des lieux hors du commun. Ici, l’artiste pose un paysage naturel déchiré au milieu d’un quartier urbain.

À noter également que la Contemporary Art Gallery anime de nombreux évènements interactifs qui enrichissent l’exposition : visites guidées, ateliers créatifs et discussions. De plus, chaque dimanche la galerie offre des activités et visites familiales, afin de rendre l’art accessible et intéressant pour tous les âges !

Pour plus de renseignements, vous pouvez visiter le site de CAG :

www.contemporaryartgallery.ca

Leave a Reply