Le Vancouver Children’s Festival fête son quarantième anniversaire !

Photo par Michel Pinault

Cette année, le Vancouver International Children’s Festival créé en 1976 et premier de son genre en Amérique du Nord proposera divers spectacles de qualité à un public âgé de 6 mois à 13 ans : marionnettes, théâtre, films… La programmation est d’autant plus remarquable qu’elle présente un volet bilingue du festival dont La Source est partenaire. Coup de projecteur sur des talents qui manient aussi bien la langue de Molière que celle de Shakespeare… Compétences plutôt utiles au théâtre !

Un volet francophone bien présent!
Katharine Carol, directrice générale et artistique du festival, explique avec enthousiasme que la programmation de cette année va être de grande qualité avec le quarantième anniversaire : « Nous avons une fête d’anniversaire pour l’ouverture du festival, pendant laquelle il y aura des spectacles et beaucoup de jeux et, bien sûr, un gâteau ! »

Elle en dit un peu plus sur le volet francophone : « Nous avons un public francophone ici à Vancouver et dans la région, il est donc primordial que nous présentions des travaux en français », explique la directrice. « Nous avons beaucoup d’écoles avec des élèves qui étudient le français et aussi des écoles d’immersion française qui assistent au festival. »

« Nous offrons des spectacles en français tout au long de la semaine, mais jeudi est une journée consacrée à la langue française. » Aussi la journée « Francofun » du jeudi 1er juin sera plus inclusive avec un accueil en français, des bénévoles parlant français et pouvant traduire si nécessaire les instructions en anglais de certaines activités en extérieur, et des panneaux de signalisation en français.

En regardant le détail des représentations, il est possible de remarquer la précision « français » ou « anglais » concernant la langue du spectacle. « Nous n’utilisons pas de surtitres, mais il n’est pas à exclure qu’on le fasse à l’avenir », explique Katharine Carol. « Les spectacles sont suivis par une série de questions et réponses, selon la langue offerte lors du spectacle. »

Le cœur en hiver
« La qualité des travaux du théâtre de l’Œil est remarquable », s’exclame Katharine Carol. 26e création du théâtre de l’Œil basé à Montréal, Le cœur en hiver est une réécriture du conte de La reine des neiges d’Andersen, bien avant que Disney ne fasse sa réadaptation, précise André Laliberté, cofondateur et directeur artistique du théâtre de l’Œil.

Le plateau est installé sur une scène qui tourne sur elle-même, donnant un air magique au spectacle, et des marionnettes sont au centre, dans un style qui dépoussière la pratique habituelle et bien connue des poupées de chiffons.

Les marionnettes du spectacle Le coeur en hiver inspiré du conte La Reine des neiges d’Andersen. | Photo par Michel Pinault

S’il ne fallait retenir qu’une chose de ce spectacle, ce serait le fait que Le cœur en hiver affronte la dureté de ce conte d’Andersen, et ose montrer que les histoires n’ont pas toujours des fins heureuses, comme dans la vie. Malgré l’aspect « difficile » du conte, André Laliberté pense que c’est une bonne chose que le public soit un constitué d’enfants et d’adolescents, car cela les amène à se questionner sur la complexité de la vie : « Le cœur en hiver interroge notre manière de réagir devant les difficultés qu’impose l’existence. Il s’agit d’un spectacle touchant et plein de vigueur qui nous réserve des surprises étonnantes et complexes, comme la vie », explique-t-il.

Pour ce qui est des représentations en anglais, ce sont les acteurs francophones qui s’en chargent : « Notre équipe a travaillé fort pour maîtriser l’anglais, et notamment l’accent tonique », conclut le directeur dont la réputation de sérieux et de perfectionniste n’est plus à faire.

Afrique en Cirque
Afrique en Cirque avec la troupe Kalabanté met principalement en lumière des danseurs originaires de Guinée. Le fondateur de la troupe, Yamoussa Bangoura, est un danseur, acrobate et musicien installé à Montréal. Son but est d’amener l’Afrique dans le cirque, « de rassembler l’Afrique et le Canada ». Sur scène, les costumes traditionnels, musique en direct (notamment rythmée par les djembés) et, clou du spectacle, les acrobaties et danses chorégraphiées, sauront ravir les oreilles et surtout les yeux de tout un public !

Le Groupe Swing
Comme l’explique Katharine Carol, le Groupe Swing n’en est pas à sa première participation à ce festival, laissant avec lui le souvenir de prestations toujours remarquées et réussies. Originaires de l’Ontario, ses membres peuvent aussi bien s’exprimer en français qu’en anglais, et emmener le public avec eux dans la joie et la bonne humeur avec des sons folks entraînants.

« La dernière fois que nous les avions avec nous, nous avons emmené le Groupe Swing dans une école d’immersion française, les élèves portaient des tee-shirts à leur effigie, ils sont très suivis et populaires par ici ! », s’amuse Katharine Carol en se souvenant de cette anecdote.

Et la directrice du festival de conclure : « Iil est très important pour nous de proposer ces activités bilingues, car le Canada, dans son histoire, est bilingue et nous sommes engagés à soutenir et promouvoir cet aspect. Nous voulons aussi que les enfants qui viennent ne se contentent pas de regarder un spectacle en français, mais puissent parler et échanger en français, que le français soit leur langue première ou une langue qu’ils sont en train d’apprendre. Il y a tellement de programmes formidables en français que c’est une joie de pouvoir en montrer certains ! »

Vancouver International Children’s Festival du 29 mai au 4 juin. Plus d’infos à www.childrensfestival.ca

Leave a Reply