Allons, allons, quelles nouvelles ?

Cette première chronique qui marque la reprise des activités de votre journal La Source s’adresse à toutes celles et à tous ceux qui, pendant ces six dernières semaines, ont été privés de leur dose habituelle de nouvelles.

De retour, depuis, vous vous demandez ce que vous avez bien pu manquer durant notre absence. Pour tout vous dire, nous avons été dépassés par les évènements. Ces derniers nous ont submergés. Un véritable raz-de-marée. Surtout chez nos voisins du Sud où Potus (Président of the United-States), c’est ainsi que les Américains le nomment, que je traduis librement par P2 (Pdeu, Président des États-Unis), continue de faire des siennes en affichant ses vraies couleurs, autre que l’orange. Il y a de quoi être inquiet. Pour lui, tout comme pour nous, l’été a été chaud. Le soleil a dû lui taper fortement sur la tête.

Encore une fois, et ce depuis son assermentation, P2 a tenu le haut du pavé de l’actualité. Une exclusivité dont on pourrait facilement se passer. En l’espace de quelques semaines il a cru bon de renvoyer ou d’accepter la démission d‘une grande partie de son personnel qui lui servait jusqu’alors d’entourage. La stabilité, c’est le moins que l’on puisse dire, n’est pas le fort de son administration.

Pire encore : il a failli gâcher nos vacances en nous faisant croire, par la menace, qu’il était prêt à partir en guerre contre la Corée du Nord. Vous me direz que Kim Jong-un l’a provoqué. Je vous l’accorde, mais je dois vous avouer que mon cœur hésite pour savoir, entre les deux, lequel est le plus débile ou le plus dangereux. Vous me direz, à juste titre, que les deux font la paire. Au royaume des démagogues, les mégalomanes sont rois.

Cet été, « les feux de forêts en Colombie-Britannique se sont particulièrement distingués en faisant des ravages comme jamais auparavant ». | Photo de la Province de la C.-B.

Poursuivant sur sa lancée, P2 nous a coupé le souffle en déclarant qu’il plaçait les néo-fascistes, les néo-nazis et autres factions néo-détestables au même titre que leurs opposants. Cela m’a donné froid dans le dos. Il affichait en plein jour son racisme et, ce faisant, officialisait le droit de cité à cette tare. La réaction fut immédiate. Soulèvements massifs avec, à l’appui, de nombreuses manifestations pour dénoncer cette prise de position. Dorénavant P2 ne peut compter que sur sa base. Malheureusement celle-ci demeure encore très solide. Les fachos ne sont pas prêts de lâcher leur droit à la haine.

Au Canada, nous ne sommes pas à l’abri de ce fléau; le racisme n’est pas une exclusivité américaine. Nous devons faire preuve de vigilance car nous avons nous aussi notre Breitbart News, nos Steve Bannon et Cie. Avec nos produits locaux pure laine, The Rebel Media, Ezra Levant, Gavin McInnes et bien d’autres encore, nous n’avons rien à envier à nos voisins du Sud comme l’attestent les récentes manifestations anti-
immigrants.

Maintenant, voici, vite résumé, avec quelques omissions, un bref aperçu de l’actualité canadienne qui aurait pu retenir l’attention si P2 avait bien voulu se faire oublier.

Les feux de forêts en Colombie-Britannique se sont particulièrement distingués en faisant des ravages comme jamais auparavant. Plus de 50 000 personnes ont dû être évacuées. Du jamais vu. Un véritable désastre. Des pertes immenses. Et les incendies ne sont toujours pas totalement maîtrisés. Cela me gêne de le dire mais…vivement qu’il pleuve.

Sur la scène politique, à noter la prise de pouvoir des néo-démocrates de la Colombie-Britannique qui tentent de faire bonne figure auprès de l’électorat. Ceci ne les empêche pas, dans leur empressement, de commettre des bévues à l’image des accusations portées contre Gordon Wilson, ancien chef du parti libéral provincial et autrefois ministre néo-démocrate, à qui les nouveaux venus ont reproché, à tort, de se la couler douce avec le dossier du gaz liquéfié. Une grosse bavure dont ils devraient se remettre. Nous, braves citoyens, paierons la note pour les dommages et intérêts encourus. On peut se le permettre, l’ancien gouvernement nous a laissé un surplus de deux milliards
de dollars.

Ne pas ignorer la démission de l’ex-première ministre Christy Clark en tant que chef du parti libéral de la province et députée de Kelowna-West. Je ne me fais pas de soucis pour elle. Comme une chatte elle retombera sur ses pattes et continuera de sortir ses griffes.

Sur la scène nationale, l’affaire de la somme de dix millions de dollars attribuée à Omar Khadr par le gouvernement fédéral a fait couler beaucoup d’encre pendant plusieurs semaines. Depuis, les esprits se sont calmés. Tant mieux. Entre temps je continue à acheter des billets de Loto dans l’espoir qu’un jour, moi aussi, je deviendrai millionnaire.

Côté cocasse : un mini-scandale. David Johnston, le gouverneur-général du Canada, a osé toucher le coude de la Reine lors d’une réception officielle. Entrave au protocole. De quoi se plaint-on ? Si c’était Donald
Trump ce n’est pas le coude qu’il lui aurait pris.

Et pour finir, l’éclipse solaire qui nous a survolés. En fait, je ne l’ai pas vue. Je devais être dans la lune.

Sur ce, moi aussi, je m’éclipse.

Leave a Reply