Les manchettes de 2017 en rafale !

L’organisme Le français pour l’avenir : un tremplin pour le bilingue de demain. | Photo par Hind Boughedaoui

Dynamique, innovatrice et bien présente, cette communauté (communauté francophone de la Colombie-Britannique) saura poursuivre cet élan pour 2017. Voilà les qualificatifs que j’utilisais en décembre dernier, dans mon article « 2016 sous la loupe », pour décrire la communauté francophone d’ici en 2017. Sans prétendre avoir l’âme d’un Nostradamus, je peux fièrement avancer que j’avais visé juste. Qu’est ce qui a retenu l’attention de La Source en 2017 ? Voici en rafale l’actualité francophone en Colombie-Britannique !

Un dynamisme chez les jeunes, les personnalités et les organismes

Bien des organismes, personnalités et jeunes francophones ont été actifs au cours de la dernière année.

Danielle Marcotte, lauréate du concours, auteure de huit ouvrages pour enfants. | Photo par Stéphanie Bourgeois

Preuve à l’appui, 115 jeunes âgés de 14 à 25 ans ont participé au Parlement jeunesse francophone de la Colombie-Britannique (PJFCB) en janvier dernier à Victoria. Provenant des quatre coins de la province, ces jeunes ont été de cette simulation parlementaire qui les a immergés dans la réalité des acteurs de la vie politique. Ce dynamisme de la jeunesse francophone a également été remarqué lorsque 200 jeunes francophones et francophiles des écoles de la région ont participé au Forum local de l’organisme Le français pour l’avenir. Ce rendez-vous annuel très attendu mettait la langue française à l’honneur, pour une journée de plaisir et d’apprentissage sur l’importance du bilinguisme au Canada.

Une autre preuve de dynamisme a été constatée cette année lorsque Pierre Rivard, directeur général et artistique du Centre culturel francophone de Vancouver, s’est vu décerner le trophée Bâtisseur-Paul-Demers, premier du nom, en marge du gala Trille Or 2017, organisé par l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM). Ce prix couronnait une personne ayant contribué de façon exceptionnelle au cours de sa carrière à l’avancement de la scène musicale au sein de la francophonie canadienne.

Les organismes francophones sur le territoire n’ont aucunement été indolents dans leurs activités en 2017. À titre d’exemple, les organisateurs de l’Événement d’humour francophone de Vancouver 2017, notamment le Centre culturel francophone de Vancouver, ont offert un programme à couper le souffle cette année en rassemblant pas quatre, ni cinq, mais bien six talentueux humoristes actuels et en herbe de l’humour franco-canadien lors de cet événement.

Les lauréats Elena De mitri, Cora Fahlman et Nate Bergeron avec M. Réjean Gosselin, directeur de l’école des Navigateurs, Mme Hélène Tremblay, enseignante de l’école des Navigateurs ayant participé au concours, et M. Mamadou Gangué, directeur de la publication et de la rédaction du Journal La Source, lors de la cérémonie du 24 février. | Photo de l’École des Navigateurs

Le 150e anniversaire du Canada confédéré a permis à certains organismes de démontrer leur vitalité. Ne faisant pas exception, la Société de développement économique de la Colombie-Britannique (SDECB) s’est engagée au sein de deux projets célébrant la richesse culturelle, les savoir-faire artisanaux et le patrimoine de la province. À travers ces démarches, la SDÉ a mis à l’honneur les tisseurs d’histoire de différentes villes de Colombie-Britannique et leur actuel exercice.

Enfin, le journal La Source est allé à la rencontre de quelques responsables d’organismes francophones afin de vérifier s’ils devraient suivre les pas de la FCFA et rajeunir leurs directions. Manière de mettre la jeunesse aux premières loges décisionnelles, à l’image d’une francophonie en mouvement, cette idée de rajeunissement des directions susciterait des questions, bien qu’elle démontre, d’une autre facette, le dynamisme de cette communauté. Quelques responsables au sein de la communauté francophone se sont confiés.

Place à l’innovation

Tout plein de nouveautés ont été initiées au cours de l’année au sein de la communauté francophone britanno-colombienne. À titre d’exemple, les amateurs d’art et de culture francophone d’ici ont pu planifier leurs sorties puisque le Conseil culturel et artistique francophone de la Colombie-Britannique (CCAFCB) a lancé, pour une première fois, la saison artistique et culturelle francophone de ses membres en février dernier.

Des spectacles et activités pour toutes les générations. | Photo de Société francophone de Victoria

Du côté de la Maison de la francophonie à Vancouver (MFV), elle a également innové en consultant, par le biais d’un sondage en ligne, les francophones et les francophiles afin de connaître leur opinion quant à l’état actuel de la Maison de même que leurs attentes en matière de services et d’activités culturelles. L’objectif de cette nouvelle initiative était de les informer sur les futurs projets de la MFV, tout en sollicitant l’implication et l’intérêt de la communauté à ces consultations, un critère de réussite.

Clin d’œil au Canada qui soufflait cette année ses 150 bougies, le Centre culturel francophone de Vancouver a pris lui aussi part aux festivités en présentant un événement unique en son genre Canada 150 : Cap sur le Pacifique. Ce rendez-vous culturel gratuit pour les personnes intéressées par des expériences artistiques et culturelles significatives en langue française proposait une programmation où l’importance du français et du patrimoine francophone au sein de la zone Asie-Pacifique était soulignée.

Participants à l’Université d’été de la francophonie. | Photo du Centre de la francophonie des Amériques

Participants à l’Université d’été de la francophonie. | Photo du Centre de la francophonie des Amériques

L’Assemblée francophone des retraité(e)s et aîné(e)s de la Colombie-Britannique (AFRACB) a elle aussi innové cette année. Elle a d’abord publié ses tout premiers numéros de son nouveau magazine L’Entr’aînés. Publié trimestriellement, ce magazine numérique traite de sujets qui intéressent et passionnent les personnes aînées. Santé, culture, voyage… la parole leur est donnée ! Elle a ensuite mis de l’avant le nouveau projet Jumelage et mentorat intergénérationnel et interculturel en Colombie-Britannique, qui consiste à jumeler des personnes aînées francophones de 50 ans et plus avec des enseignants d’immersion française dont le français est la deuxième langue. L’objectif : pallier la pénurie d’enseignants détenant les compétences linguistiques adéquates pour œuvrer en immersion francophone.

Les jeunes du primaire ont également eu droit à de la nouveauté cette année. Pour une toute première année, une nouvelle activité se tient au service de garde des écoles francophones Rose-des-vents et Anne-Hébert du Conseil scolaire francophone (CSF) de la Colombie-Britannique : des ateliers de cuisine. Mais pas n’importe lesquels : des ateliers de cuisine santé.

Enfin, la presse écrite francophone en situation minoritaire au Canada a connu en 2017 un moment historique qui demeurera sans aucun doute dans les annales. En effet, l’Association de la presse francophone (APF) a innové en lançant sa toute première Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada. Une charte qui vise à « assurer l’indépendance des salles de rédaction des journaux membres de l’APF et, par le fait même, leur crédibilité en tant qu’organes de presse à part entière ».

Communauté francophone : présente !

Nul ne pourra me contredire lorsque j’avance que les gens et les organismes composant le milieu francophone de la C.-B. répondent « présent » lorsqu’il est temps d’investir pour la promotion et l’avancement de leur communauté.

L’exemple de Rémi Marien et de David Pajot, tous deux résidents de la Colombie-Britannique, en témoigne. Sélectionnés parmi plus de 200 candidats pour leur engagement communautaire, ils ont été les fiers représentants de la province à participer à la 5e édition de l’Université d’été de la francophonie des Amériques. Ils ont dû débattre, avec la quarantaine de participants, la question suivante : « Bâtir des milieux innovateurs : quelle est la démarche systématique à suivre pour guider une collectivité dans son cheminement afin qu’elle progresse dans un esprit d’innovation ? ».

Quand il est temps de promouvoir la culture francophone, c’est avec la main bien haute que les différents organismes culturels s’impliquent. Le Festival du Bois, avec sa 28e édition, a su une fois de plus ramener l’époque des premiers pionniers francophones en Colombie-Britannique. Au-delà de cette image, il réveille, chaque année, les traditions sans les figer dans le passé. Même réalité du côté des 23e Rendez-vous du cinéma québécois et francophone, organisés par Visions Ouest Productions qui mettaient cette année l’accent sur une série de documentaires dont les thèmes portaient sur des sujets touchant de nombreuses réalités actuelles. Il faut également rappeler Pacifique en chanson, qui a célébré la chanson francophone avec un spectacle aux airs francophones de plus en plus affirmés au Yukon et en C.-B. Même le festival du film documentaire DOXA était de retour avec, pour la troisième année consécutive, une programmation à l’accent français, « French French », qui proposait une sélection ouvrant les perspectives cinématographiques et narratives, explorant de nouveaux territoires. Le Centre culturel francophone de Vancouver a lui aussi répondu « Présent » avec la 28e programmation du Festival d’été francophone de Vancouver. S’étalant sur une dizaine de jours, cette programmation « ambitieuse » a offert en divers lieux des concerts éclectiques.

Fier de ses prédictions, le Nostradamus en moi ne s’avancera pas pour l’année 2018. Il souhaite toutefois une continuité de cet élan dans lequel la communauté francophone de la Colombie-Britannique se trouve. Bon dernier mois de 2017 et on se reparle en 2018 !

Leave a Reply