Les Rendez-vous du cinéma québécois et francophone : La célébration et le partage d’une culture inclusive

Barbara, le film biographique de Mathieu Amalric. | Photo d’Allociné

Du 1er au 11 février, Vancouver accueillera la 24e édition des Rendez-vous du cinéma québécois et francophone, un festival de films présenté par Visions Ouest Productions. Il s’agit du seul événement d’envergure en Colombie-Britannique à célébrer des productions cinématographiques en français. La francophonie y est célébrée dans toute sa diversité.

Si ce festival met l’accent sur la francophonie, la diversité des thèmes abordés et la qualité des projections montre que, avant tout, ce festival célèbre la culture et le savoir-faire des artistes francophones.

Des productions québécoises et françaises

Hochelaga, Terre des Âmes de François Girard. | Photo de Cinoche

Le cinéma français sera à l’honneur lors de ce festival, avec notamment les films Le Sens de la Fête, réalisé par Eric Toledano et Olivier Nakache, Le Retour en Bourgogne de Cédric Klapisch, ou encore L’amant double réalisé par François Ozon et présenté à l’édition 2017 du Festival de Cannes. Il y en aura donc pour tous les goûts : comédie, thriller érotique, ou encore drame avec le film biographique Barbara, de Mathieu Amalric.

Quant au programme québécois, il est aussi de qualité, comme le souligne Régis Painchaud, organisateur du festival : « La programmation québécoise, riche et diversifiée, témoigne de la qualité des artisans de notre cinématographie ». Notamment, le film Hochelaga, Terre des Âmes de François Girard sera présenté, après avoir été sélectionné aux Oscars 2018 et nominé huit fois pour le Prix Écrans canadiens 2018.

D’autres productions nominées pour le prix seront aussi diffusées, comme La petite fille qui aimait trop les allumettes de Simon Lavoie ou Le cyclotron d’Olivier Asselin. « Des films d’une très grand qualité », résume Lorraine Fortin, autre organisatrice du festival. Selon elle, ces productions célèbrent « l’essentiel de la vie : la famille, les amis, les lieux, les histoires, les gens ».

Le documentaire et l’environnement en vedette

Si ces Rendez-vous montrent la diversité des genres cinématographiques, le documentaire est cette année à l’honneur. Le film In Vino Veritas de Pascal Obadia a été choisi pour marquer l’ouverture du festival. Pour Régis Painchaud, ce documentaire donne à réfléchir. Il s’agit selon lui d’un « road movie viticole, à la rencontre de vignerons responsables, acteurs d’une viticulture respectueuse du vivant ».

De manière générale, comme l’explique Lorraine Fortin, les documentaires étant « de plus en plus présents dans la programmation, la thématique environnementale sera accentuée ». L’environnement est une problématique de plus en plus présente dans notre société. Aussi le choix de ce thème pour ce festival est loin d’être anodin, comme le souligne l’organisatrice : « cette fête du cinéma [doit être] le reflet du monde dans lequel nous vivons, avec les questionnements qu’ils suscitent ».

Le cinéma est en effet un moyen de faire passer des messages, d’interroger, de montrer certaines réalités, et d’interpeller le spectateur au sujet de certaines problématiques.

Les rencontres aux Rendez-vous

La raison d’être de ce festival est avant tout fondée sur les rencontres. Comme l’explique Lorraine Fortin, « nous devons comme communauté garder vivants ces liens qui unissent les gens qui partagent la langue et la culture française, car nous sommes responsables de créer de nouvelles dynamiques, synergies, possibilités, en se connaissant mieux ».

Ce rapprochement passe par le cinéma, ce puissant vecteur relationnel qui permet d’unir les spectateurs devant un même écran et de leur transmettre des émotions. Grâce à cela, Lorraine Fortin considère que « nous nous augmentons en tant qu’êtres humains ».

En un mot, il s’agit de « donner un sens à la francophonie en tant que culture dans toute sa diversité », comme le souligne l’organisatrice.

Leave a Reply