Un festival, des festivals

Photo du Vancouver Fok Music Festival

C’est au pluriel qu’il faudra accorder le mot festival cet été à Vancouver. Que l’on soit plutôt folk, électro ou résolument classique, chacun trouvera forcément son bonheur musical parmi les nombreux événements qui se succéderont de juin à septembre en Colombie-Britannique. Une variété qui reflète la diversité culturelle de ses habitants et qui s’installe au cœur même de la ville.

Jericho Beach : le cadre est parfait pour tenir un concert de musique folk. Étymologiquement musique du peuple, musique traditionnelle, chaque artiste va conjuguer la musique folk à sa propre sensibilité lors du Vancouver Folk Music Festival, qui aura lieu du 13 au 15 juillet.

Un festival qui s’inscrit dans la durée puisqu’il atteint cette année le bel âge de 41 ans, depuis qu’un petit groupe d’organisateurs, simples amateurs de musique, ont voulu créer cet événement non commercial. Le festival compte aujourd’hui 1 400 bénévoles qui contribuent à proposer en une cinquantaine de représentations, des groupes locaux, en provenance des États-Unis ou de la scène internationale. La musique proposée est ainsi très diversifiée.

« Quand la musique est bonne »

Debbi Salmonsen, directrice artistique du Vancouver Folk Music Festival depuis 2017 était auparavant la directrice générale du Calgary Folk Music Festival. Elle explique que préparer un festival, « c’est un peu assembler des pièces de casse-tête musical. Nous avons pour objectif de proposer un programme équilibré couvrant une large variété de genres et un mélange de nouveaux talents et d’artistes reconnus ».
Cette année, Neko Case, Ry Cooder, Rodney Crowell, Ranky Tanky, pour ne citer qu’eux, seront sur scène aux côtés d’artistes locaux aux influences venues d’ailleurs.

Les festivals d’été ont la cote à Vancouver. | Photo du Vancouver Fok Music Festival

Le festival proposera par exemple de découvrir un groupe mariachi uniquement composé de femmes, Las Estrellas de Vancouver. Ou encore, le Gamelan Bike Bike, groupe d’une douzaine de personnes de la ville qui s’approprie les percussions balinaises traditionnelles mais en réinventant de nouveaux instruments créés à partir de pièces de vélo.

Si la programmation musicale est bigarrée, le festival obéit cependant à la règle numéro un de Debbi Salmonsen : « Est-ce que la musique est bonne ? ». Des sessions plus interactives sont également prévues, qui incluent la danse. « Une des spécificités de notre festival, c’est qu’en plus de voir des artistes en concert, nous proposons des temps où les artistes se mélangent, pour des collaborations éphémères », poursuit Debbi Salmonsen.

« La vie est un festival »

Faire partie d’un tout, rencontrer de nouveaux partenaires musicaux, c’est aussi ce que cherche la chanteuse Wallis Bird en participant à un tel festival. Cette auteur-compositeur-interprète irlandaise, influencée par Aretha Franklin, Simon and Garfunkel, Björk ou encore Radiohead, espère « s’imprégner de la culture musicale locale et repartir avec de l’inspiration pour de nouvelles compositions ».

Sur scène depuis 12 ans durant lesquels sont sortis 6 albums, l’artiste solo aux multiples instruments est une habituée des festivals. « Ce sera mon 800e concert cette année, au Canada », note-t-elle. Se définissant comme une « artiste moderne-folk ancrée dans la chanson », Wallis Bird aime proposer des concerts passionnés où le spectacle tient une grande part, dans une énergie toujours positive.

Pour l’artiste, « la vie est un festival ». Et les rencontres en extérieur permettent aux gens de se renouveler. « Leurs cœurs sont plus ouverts mais ils filtrent mieux en même temps ce qu’ils n’aiment pas », constate-t-elle. Un festival, c’est selon la chanteuse « faire partie d’une vague de milliers de personnes, se laisser porter, devenir malléable, perdre sa peau, sourire, écouter et ressentir plus. Le public des festivals est un bon public, plus sauvage, plus fort », atteste-t-elle.

Debbi Salmonsen s’accorde à considérer que l’importance d’un festival de musique est dans le partage. « Je pense que les gens viennent chercher un exutoire à la vie de tous les jours. Écouter de la bonne musique dans un cadre naturel magnifique est une chance de se sentir appartenir à une communauté. On peut ainsi danser, boire et manger ensemble, voir d’anciens amis, s’en faire de nouveaux », observe-t-elle.

Classique mais original

Ce n’est sans doute pas ainsi que Matthew White envisage son rôle de directeur général et artistique chez Early Music Vancouver qui présente, du 30 juillet au 10 août, le Vancouver Bach Festival. Le sarcastique contreténor canadien qui a parcouru le monde pour chanter de l’opéra, et qui se consacre désormais à ce tout jeune Bach Festival, explique : « Si je pensais que tout ce que le public veut, c’est une bière fraîche et un abonnement au câble, je ferais un autre métier ».

Wallis Bird, chanteuse | Photo par Jens Oellermann

Mais le jeu en vaut la chandelle. « Notre mission est d’engager le public, de l’enrichir, de lui apprendre des choses. Avec les infos trumpiennes en boucle, les gens ont besoin de nettoyer la palette et de se rappeler que les humains ne sont pas tous mauvais », ironise-t-il.

Ainsi, le Vancouver Bach Festival se fait la vitrine « de la beauté, de la passion, de la discipline, de l’harmonie », valeurs humaines dont le nom de Bach est, selon Matthew White, synonyme. « Bach est un des compositeurs les plus aimés de tous les temps. Quand vous pensez à Bach, vous pensez grande musique. Je ne peux pas trouver meilleur avocat pour promouvoir la musique classique », renchérit-il.

Avec 15 concerts en deux semaines, le festival a pour ambition de présenter quelques œuvres parmi les plus connues de Jean-Sébastien Bach, dont Les Variations Goldberg ou Le premier livre du Clavier bien tempéré que jouera Angela Hewitt au Chan Centre for the Performing Arts.

« Nous sommes également fiers de proposer les œuvres majeures d’autres compositeurs, tels que Händel, Couperin, Vivaldi, Mozart… », précise Matthew White. Une proposition là aussi diversifiée : « J’ai ma recette magique pour choisir ma programmation et je répugne à dévoiler mes secrets. Mais par-dessus tout, je choisis des musiques qui comblent à la fois mon enthousiasme et mon intellect. Nous avons cette saison de nombreux concerts différents qui devraient attirer un large auditoire. » Au public de faire son choix !

Le Vancouver Folk Music Festival, du 13 au 15 juillet www.thefestival.bc.ca

Le Vancouver Bach Festival, du 30 juillet au 10 août www.earlymusic.bc.ca

Leave a Reply