Le Powell Street Festival : Au cœur du changement dans la communauté canado-japonaise

Photo par stu-di-o-by-jeanie

Depuis 1977, le Powell Street Festival célèbre les arts, la culture et le patrimoine canado-japonais à Vancouver. Cette année encore, le festival s’étalera sur le premier weekend d’août à Oppenheimer Park, sur la rue Powell, là où Japantown se tenait auparavant. Retour sur l’évolution du festival qui a accompagné l’histoire de la communauté canado-japonaise à Vancouver.

Le Powell Street Festival inaugure sa 42e édition cet été, les 4 et 5 août. Scène artistique pour nombre de talents reconnus et en herbe, la célébration crée des liens depuis les années 1970. « C’est toujours une occasion pour les gens de tout âge et de toute origine de se retrouver pour partager de la musique, des arts, de la nourriture et plus encore », décrit la directrice artistique de la Powell Street Festival Society, Leanne Dunic.

Shito Ryu Karate. | Photo par Kristin Fuchihara

Témoins du changement

Après 42 ans, le festival a influencé la communauté locale. « Le festival a grandi pour devenir une célébration annuelle adorée de tous les Canado-Japonais de Vancouver et au-delà », constate Leanne Dunic. Avec plus de 17 000 visiteurs, le festival a en effet pris de l’ampleur. De ses racines d’événement communautaire local dans les années 1970 à un rendez-vous d’envergure aujourd’hui, la transformation est éloquente. « Aujourd’hui, alors que nous installions les préparatifs du festival dans le parc, les habitants du quartier nous ont accueillis avec des acclamations ».

Beaucoup de membres de la communauté de Powell Street sont devenus des bénévoles pour le festival au fil des ans. « L’impact sur la communauté locale est positif et nous faisons en sorte que cela continue », précise la responsable. Ainsi l’organisation s’implique-t-elle activement dans le quartier pour des événements tels que les matchs de l’Asahi Baseball Association qui se déroulent fin août et le Hanami Curry Lunchau printemps.

Le Powell Street Festival a évolué de concert avec la communauté canado-japonaise de Vancouver. L’organisation a toujours gardé des liens étroits et durables avec les artistes participants. « Nous avons une relation profonde avec le groupe local Katari Taiko qui joue au festival chaque année, et nous soutenons la photographe Kayla Isomura qui prend ses marques et captive la communauté canado-japonaise de façon inédite », illustre Leanne Dunic.

Lier à travers l’art

Artistes, visiteurs, bénévoles et habitants du quartier trouvent ainsi un rendez-vous annuel pour échanger et partager. « Le rôle du festival est de lier les communautés », précise la directrice. Notons ici que toute la programmation artistique est gratuite.

Le rôle de l’art est plus que jamais mis en évidence : « C’est l’expression la plus importante ! Au festival, c’est l’endroit où le traditionnel et le contemporain se rencontrent. Un lieu accessible et sécurisant pour que les gens expérimentent et s’exposent à des nouveautés ». De quoi garder une communauté bien vivante.

 

Powell Street Festival, les 4 et 5 août

www.powellstreetfestival.com

Leave a Reply