Sweeney Todd : Le diabolique barbier de Fleet Street

Colleen Winton joue Mrs Lovett. | Sweeney

Cette année, pour l’Halloween, The Snapshot Collective nous présente la lugubre comédie musicale Sweeney Todd : The Demon Barber of Fleet Street. Cette fameuse pièce, créee en 1979, est l’œuvre de l’écrivain Hugh Wheeler et du compositeur Stephen Sondheim, pour laquelle ils reçoivent une multitude de prix, dont le Tony Award.

La pièce se jouera du 19 octobre au 1er novembre à Mrs. Lovett’s Pie Shop, magasin où les personnages de Sweeney et Mrs. Lovett exécutent leurs plans macabres. Le commerce est situé sur l’une des rues principales de Londres, Fleet Street. Ici à Vancouver, c’est au 348 Water Street qu’on peut pour une soirée entrer dans l’univers morbide d’un serial killer.

La pièce

La pièce nous transporte à Londres au vingtième siècle, Sweeney Todd s’évade de son bagne en Australie pour revenir en ville chercher sa femme et sa fille, les évènements se bousculent, et il finira par ouvrir un salon de barbier où il assassine ses clients. Sa complice Mrs. Lovett se débarrasse des corps en les incorporant dans ses tourtes à la viande. Leur commerce devient macabrement profitable et l’engrenage est lancé. Stephen Aberle, l’interprète du juge Turpin, nous révèle que même après 40 ans d’expérience professionnelle, il doit faire sa part de recherches historiques pour mieux se glisser dans la peau de son personnage. Le juge Turin, accuse faussement Sweeney et l’envoie au bagne pour mieux séduire la femme de ce dernier, il adopte également sa fille et en tombe amoureux. Stephen trouve l’interprétation de ce personnage sadique assez intéressante. Car non seulement cela lui permet de plonger dans la complexité d’un caractère tourmenté – entre haine et amour lugubre – mais aussi de faire quelques parallèles avec le monde d’aujourd’hui, où des scandales comme celui du juge Kavanaugh nous rappellent que corruption, agression sexuelle et avidité humaine sont toujours des thèmes d’actualité. Qui plus est, l’Halloween est cette période où il est normal de vouloir explorer les coins sombres de la nature humaine et de rentrer dans le monde immoral des tueurs en série. Sweeney annonce ses couleurs dès le début de la pièce, il ne voit en Londres qu’un ramassis de vermine et de vices, un endroit où la beauté se transforme en saleté et en avidité.

La collective

La pièce est le fruit d’un mois de répétitions, supervisées par le directeur artistique, Chris Adams et la chorégraphe Nicol Spinola. Le principe organisationnel de Snapshot Collective est assez avantageux : en tant que collective non-hiérarchique, c’est tout simplement un réseau d’acteurs, de directeurs, designers et producteurs. Quand un projet se forme, les artistes contribuent chacun aux dépenses – location d’une salle et préparatifs. La collective se forme en 2014 pour la pièce Snapshots : A Musical Scrapbook, présentée en 2014 et 2015, et la pièce The Story of My Life est également présentée en Novembre 2017. Dans le monde du théâtre vancouvérois, faire partie d’une collective a de nombreux avantages, car cela permet de collaborer avec tout plein d’artistes de formations différentes. Stephen Aberle, trouve particulièrement enrichissant de travailler avec des acteurs de la nouvelle génération :  « c’est en observant le travail de chacun qu’on apprend de nouvelles astuces et techniques ». Cependant, en montant une pièce comme Sweeney Todd, une des difficulté principales, à laquelle aucune technique n’a de remèdes, est l’unique rythme musical du compositeur Stephen Sondheim. Il fut difficile en effet pour l’équipe d’accorder leurs techniques de chants au tempo de Sondheim. Cependant la collective est plus que motivée à nous présenter leur fabuleux travail pour quatorze jours d’affilée, une parfaite dose de frayeur et d’expression artistique pour cet Halloween 2018 !

Leave a Reply