Abribus à canopée – L’urbanisme vert s’invite dans notre quotidien

Tabinda Shah, étudiante à UBC, est à la tête du projet envisageant de construire le premier prototype d’abri d’autobus à « toit végétal », appelé Tree Canopy, sur le campus de Point Grey. L’objectif de ce projet est de rendre nos villes plus vertes et écologiques, mais surtout d’améliorer la gestion d’une ressource de plus en plus rare : l’eau.

L’étudiante de dernière année en foresterie urbaine, est l’initiatrice du projet. Son objectif est la construction d’un « abribus à canopée », qui protégerait non seulement les personnes de la pluie pendant leur balade, mais qui apporterait aussi une valeur-ajoutée aux questions environnementales.

La notoire pluviométrie de Vancouver fait quelque peu oublier que « l’eau est une ressource rare et précieuse…même à Vancouver » déclare Daniel Roehr, professeur agrégé à UBC en architecture du paysage et soutien au projet.

Le projet de Tabinda Shah et de ses collègues prend de l’envergure et fait parler. Il sera d’ailleurs présenté à l’événement Buildex à Vancouver le 14 février prochain. Il s’agit du plus important événement de l’Ouest canadien – réunissant des talents de tous les secteurs pour échanger, apprendre et découvrir les dernières innovations de l’urbanisme, secteur en constante transformation.

Prototype du toit vert proposé. | Illustration par Karianne Howarth

Changement climatique et urbanisme

Le changement climatique sévit, doucement (pas si doucement…) mais sûrement ! Le dernier été fut dévastateur en Colombie-Britannique avec plus de 500 feux recensés, et nous sommes en train de vivre l’un des hivers les plus doux jamais connus, tout cela impactant le cycle de l’eau.

Un rendu architectural d’un projet d’abribus à UBC. | Illustration par Karianne Howarth

Par conséquent, la manière de concevoir l’urbanisme change et doit changer, de surcroît dans une ville se déclarant verte et écologique. Et c’est ce dont a décidé Tabinda Shah avec son projet d’abribus à toit écologique.
« Les espaces verts sont rarement dans les premières priorités des villes, surtout dans des villes où nous manquons déjà d’espaces », déclare-t-elle.

Restait à savoir où tester cette idée. Design, structure, coût, bénéfice, exécution, tout doit être passé au crible et confronté au terrain. Et il s’avère qu’à UBC on avait besoin de nouveaux abribus. « L’objectif du projet est d’amener des infrastructures respectueuses de l’environnement dans les zones urbaines denses en maximisant les possibilités d’infrastructures vertes dans les petits espaces », explique Tabinda Shah.

L’abribus sera donc construit à partir d’une structure en bois, avec un auvent en hauteur qui sert également de toit vert. Des plantes résistantes aux inondations et à la sécheresse sur le couvert végétal agiront comme une éponge.

Les eaux de débordement sur le toit se déverseront dans un jardin pluvial aménagé à côté de l’abribus avant de s’infiltrer dans le sol. Un tel concept est inspiré par la façon dont les eaux de pluie atteignent le sol de la forêt, car les canopées « retardent »
le déversement des eaux de pluie sur le sol.

Un projet transverse

Pour que le projet prenne racine, il a fallu les efforts de plusieurs personnes mobilisées et bénévoles. « It takes a village/Cela prend un village… » disent-ils en anglais.

Le caractère singulier du projet est « l’exceptionnelle contribution que chacun a apportée », déclare Daniel Roehr. Plusieurs étudiants au sein de différentes facultés à UBC ont en effet eu la chance de prendre part à ce projet durable et environnemental. Une belle occasion pour ces étudiants de mettre en pratique ce qu’ils apprennent. « Étudiants en design, ingénierie, cinéma… l’investissement et l’aide entre les départements de l’université fut formidable », ajoute Daniel Roehr.

Plus de 25 étudiants, membres du corps professoral et membres du personnel de l’université participent au projet. Tandis que les étudiants en ingénierie et design travaillaient à la conception de l’abribus, les étudiants en cinéma ont eu la chance de mettre en valeur leur talent avec la création d’une vidéo illustrant le projet.

Et si le projet doit faire parler, c’est que Tabinda Shah et ses collègues sont en recherche de financement afin de le rendre tangible. Une campagne de financement participatif récemment lancée pour le premier abribus a pour objectif de collecter 25 000 $ afin de couvrir les coûts de construction.

Une fois l’abribus sur pied, la structure sera contrôlée et analysée, afin de déterminer si ce type d’investissement peut être envisagé à plus large échelle. Tabinda Shah et tous ceux qui ont apporté leur pierre à ce bel édifice, sont peut-être en train de créer le changement de demain !

Pour contacter Tabinda Shah : mumtaztabinda@gmail.com

Événement Buildex : www.buildexvancouver.com/

Vidéo :

Leave a Reply