La cohabitation et votre bien-être

Photo de Canadian Housing Network

Le concept de cohabitation génère souvent beaucoup de scepticisme. Pourtant, la cohabitation rend accessible les avantages de la vie en communauté, et ce bien plus que n’importe quel autre moyen. L’événement The Inside-out of Cohousing le 9 février prochain au Hive & House à Vancouver examinera plusieurs questions autours du cohabitat : Les individus peuvent-ils conserver leur vie privée au sein d’une communauté ? Le cohabitat peut-il répondre aux différents besoins d’un groupe varié ? Le cohabitat répond-il vraiment à des problèmes tels que l’isolement et la solitude ?

Votre maison est un reflet de qui vous êtes : un lieu que vous pouvez appeler un refuge contre les défis de la vie, un espace pour créer à votre guise. La maison est votre espace privé. Ensuite, il y a la communauté, un endroit où les gens se connaissent. C’est à cet endroit que les gens vous appellent par votre nom lorsque vous passez.

Les communautés sont partout, créées par les personnes qui y vivent. Le type de communauté dépend des intérêts, des capacités, des talents et des possibilités des personnes qui y vivent. De plus, le mélange de cultures, religions et ethnies de Vancouver renforce et élargit nos communautés, augmentant notre exposition à de nouvelles idées.

Un concept nouveau

Le cohabitat est un type de communauté intentionnelle qui combine des maisons personnelles avec de vastes installations communes partagées. Manger ensemble, se connaître, créer des liens. Chaque communauté a des objectifs différents, mais chacune a le même noyau : l’humain et sa capacité à collaborer !
Un noyau mis en valeur grâce à un concept favorisant l’échange.

La Common House/Partie Commune est une pièce importante de la conception dans chaque communauté de cohabitation. Alors que chaque maison est généralement individuelle et privée, la cohabitation permet d’avoir des pièces communes avec des installations collectives.

Tom est membre du village communautaire Driftwood à North Vancouver, un choix qu’il a pris lors de son départ à la retraite. « Quand j’explique aux gens qu’il y a une cuisine commune, les gens sont souvent surpris et dénoncent le manque d’intimité, qui peut déranger. Ensuite, je m’empresse toujours d’expliquer que nous avons tous notre propre cuisine et nos propres salles de bain, comme tout autre appartement ou maison. »

Un autre élément de la conception consiste à rendre les passerelles et les portes d’entrée visibles les unes par rapport aux autres, de manière à faciliter les rencontres. Pour cette raison, les garages et les stationnements se trouvent généralement à la périphérie de la propriété. Pourquoi ? Parce que, comme le dit Charles Durrett, auteur spécialiste du sujet, « ma relation avec mon voisin est plus importante que ma relation avec ma voiture ».

Répondre à des besoins divers

Le concept de cohabitation est récent, et il a tendance à voir le jour dans des villes et régions chères en premier lieu : Toronto, Sydney, Hong-Kong, Los Angeles et bien sûr Vancouver comme exemples. Comme un élément déclencheur, le prix extravagant des loyers de ces villes aurait incité les gens à collaborer pour faire face à un coût de la vie en hausse. Mais pas seulement, car le sentiment d’isolement et de solitude est à prendre en considération dans nos sociétés actuelles.

L’intention et l’envie de créer une communauté sont souvent au cœur du projet de cohabitation. Même le best-seller Sapiens de Yuval Noah Harari, professeur à l’université d’Oxford, en parle : l’appartenance à une communauté est l’une des choses les plus importantes pour notre bien-être. Il n’est donc pas surprenant qu’il existe une documentation abondante sur les conséquences de la solitude pour la santé. Les effets néfastes de l’isolement sur le bien-être sont bien étudiés et sont liés à la dépression, aux maladies cardiaques, au diabète et à d’autres problèmes de santé.

« La plupart des gens, une fois qu’ils sont dans une communauté, voudraient y rester très longtemps », confie Tom. «Les gens ne veulent pas être obligés de déménager juste parce qu’ils deviennent fragiles et ne peuvent plus monter les escaliers. Tout le monde fait face au vieillissement un jour !»

La vie en coopérative est une excellente occasion pour les personnes ayant une déficience de s’impliquer dans leurs communautés dans un environnement sûr près de chez elles. Pour les familles, il offre aux enfants des lieux de rencontres et de jeux en toute sécurité. Pour les personnes âgées, des unités spécialement conçues pour leurs besoins proposent des services et des ressources conçus pour les aider à créer les activités sociales souhaitées.

Il est donc agréable de vivre dans un endroit où vous avez la possibilité de faire une différence et où tout le monde connaît votre nom.

www.eventbrite.ca/o/hive-amp-house-consulting-18083146108

www.cohousing.ca

www.hiveandhouse.ca

Leave a Reply