Festival du Bois 30e édition : L’Acadie à l’honneur

Photo par Stephanie Lamy

Pendant le congé de printemps, les francophones se réunissent pour célébrer le temps des sucres et danser sur les rythmes entraînants des musiques traditionnelles de la francophonie. Événement culturel majeur en Colombie-Britannique, le Festival du Bois se tiendra à Coquitlam du 22 au 24 mars.

Plus de 10 000 visiteurs sont attendus dans le quartier de Maillardville, lieu historique de la francophonie du Grand Vancouver, pour découvrir l’histoire, ainsi que les spécificités culturelles et culinaires franco-canadiennes et francophones.

Une 30e édition portée par l’Acadie

L’Acadie est à l’honneur de cette 30e édition. « En août se tiendra le Congrès mondial acadien qui a lieu tous les 5 ans », explique Johanne Dumas, directrice générale du festival. Ethnie méconnue vivant principalement à l’est du Canada, les Acadiens ont été victimes des discriminations envers les Français au 18e siècle. Ils ont dû fuir leur communauté et se sont ainsi dispersés, du nord du Québec, en passant par le Maine, jusqu’en Louisiane.

Attention ! Chaude devant au Festival du Bois. | Photo par Stephanie Lamy

Pendant les trois jours du festival, le public pourra découvrir les sonorités traditionnelles de la musique acadienne, portées par le violon, la flûte et l’accordéon, mêlées à des rythmes contemporains, tel l’électronique. Quatre groupes porteront fièrement les couleurs de cette communauté : Vishtèn, Comté de Clare, Seconde Nation et Les tireux d’roches. Venus de l’Île-du-Prince-Édouard, des Îles-de-la-Madeleine, de la Nouvelle-Écosse, ou encore du Québec, ils souhaitent transmettre et remettre au goût du jour les traditions musicales de leur communauté. Les festivités débuteront par une soirée de contredanse, animée par The Sybaritic String Band, un groupe de Vancouver. Petits et grands seront ainsi initiés à une danse collective, vive et joyeuse se faisant en lignes de couples.

Diversité de la culture francophone

Créé en 1990, ce festival a pour but de réunir les francophones de la Colombie-Britannique pour le « congé de printemps », comme l’explique Johanne Dumas, directrice générale de l’événement depuis 23 ans. En effet, cette période est, au Québec, l’occasion de se retrouver en famille pour le temps des sucres, c’est-à-dire l’époque de la production du sirop d’érable. Ce festival est également « un hommage aux familles [de l’est du Canada] qui sont venues s’installer en Colombie-Britannique en 1909 pour travailler dans l’industrie du bois », poursuit-elle. Aujourd’hui, le festival attire autant d’anglophones que de francophones, également intéressés par la découverte de musiques du monde : musiques africaines, sud-américaines, ou bien orientales. Cette année, Shauit, artiste innu venant du Québec, proposera un répertoire hétéroclite qui combine musiques traditionnelles autochtones avec reggae, dancehall et pop. L’Afrique sera également bien représentée avec Jean-Pierre Makosso et Alpha Yaya Diallo.

Cet événement est aussi l’occasion de montrer au grand Vancouver la vitalité et le dynamisme de la communauté francophone. Selon Mme Dumas, elle est « organisée », « établie » et « grandissante », grâce, notamment, aux bénévoles, aux associations et à l’école des Pionniers-de-Maillardville. Ces acteurs proposeront différentes activités pendant l’événement : pêche miraculeuse, matchs d’improvisation, ou encore, une initiation à la podorythmie, technique de percussion traditionnelle québécoise et acadienne qui consiste à taper des pieds. Les anglophones ont pris goût à « notre culture et notre façon d’être. La mission est donc accomplie », poursuit-elle. Le public pourra découvrir le Maillardville du début du 20e siècle en rendant visite au Magasin général Proulx et à la Cabane à Jos, lieux de rencontres des francophones de ce quartier historique.

La nourriture étant une part importante des cultures francophones, petits et grands seront invités à déguster des mets traditionnels québécois : tire d’érable, poutine, tourtière et tarte au sucre. D’autres produits francophones seront proposés, et nouveauté 2019, les amateurs de fromage se régaleront d’une raclette. La fin de semaine se terminera par un petit déjeuner de crêpes et de sirop d’érable.

Porteur de l’histoire franco-canadienne en Colombie-Britannique, le Festival du Bois, pour sa 30e édition, défendra fièrement les cultures francophones et prouvera que cette communauté est dynamique et se renouvelle. Musique, fête et tradition seront les moteurs de cette célébration de la francophonie.

Pour plus d’information, veuillez visiter www.festivaldubois.ca.

Leave a Reply