Conserver un lien avec le passé

Photo par Matt Hans Shroeder

Est-il possible de connaître dans son intégralité une ville aussi grande et diverse que Vancouver ? Il faut commencer petit à petit, un quartier par ici, un autre coin par là. Cet automne, pourquoi ne pas en apprendre plus sur le quartier Oakridge et son lien avec la communauté juive ?

Depuis ce printemps et jusqu’à cet automne, la Vancouver Heritage Foundation présente une série de visites guidées de différents quartiers de la ville. La tournée, Oakridge Community History, qui aura lieu le 22 septembre, est guidée par Michael Schwartz, directeur de l’engagement communautaire au Jewish Museum and Archives of BC. M. Schwartz y travaille depuis quelques années déjà et c’est là où, parmi plusieurs tâches, il élabore et gère des visites guidées, des expositions et la programmation publique. Mais ces intérêts n’arrêtent pas là. « Je suis assez intéressé par ce qui rend une ville saine, où tout le monde a un sentiment d’appartenance, »
confie-t-il.

Un quartier à son apogée
La visite guidée de deux heures explore le quartier Oakridge, la région entre les rues Oak et Cambie, et s’attardera devant des immeubles et édifices chers à la communauté juive tels que le centre communautaire juif, l’école secondaire de King David et la synagogue Temple Sholom. Pendant la visite, les participants apprendront un peu de l’histoire de l’éducation juive à Vancouver. L’accent sera aussi mis sur l’architecture de l’époque, incluant des exemples de maisons typiques de ce style, et l’évolution de ce style.

Michael Schwartz. | Photo par Ryan Jones

Ce quartier fut à son apogée entre les années 50 et 80. Le coin de terre entre Granville et Main et les 57e et 33e rues appartenait aux chemins de fer du CN. Après la Deuxième Guerre mondiale, la compagnie CN a vendu ce terrain à la ville pour le développer. Un centre commercial et des zones résidentielles ont été construits. Un afflux d’immigrants y ont déménagé après la guerre et il y a eu des déplacements au sein même de la ville au même moment. Avant ce développement, les quartiers de Strathcona et Fairview abritaient, entre autres, des communautés juives. Beaucoup d’entre eux étaient prêts à déménager, étant désormais en mesure d’acheter un lopin de terre.

« Nous parlerons de ces migrations internes de la communauté. Comment le centre de gravitéa changé d’un endroit à un autre, » explique Schwartz. En s’installant à Oakridge, la communauté juive a trouvé un sens d’appartenance, construisant des commerces et des endroits de dévotion.

« C’est là où les baby-boomers ont grandi, » ajoute Schwartz.

L’instauration de la communauté
Le Jewish Museum offre des visites guidées autour d’autres régions de la ville, par exemple les quartiers de Gastown et de Strathcona, qui soulignent l’instauration de la communauté, et le cimetière Mountain View, qui remonte à 1892. Chaque visite donne un aperçu de la vie dans la communauté juive de l’époque.

C’est la seconde fois que la Heritage Foundation demande à M. Schwartz de mener une visite autour d’Oakridge. La première était en mars dernier.

« Les gens semblaient l’avoir appréciée, » remarque Schwartz. « J’ai aimé le faire. On a beaucoup discuté d’histoire. »

Une visite de ce quartier était quelque chose que M. Schwartz et ses collègues au musée voulaient entreprendre depuis un certain temps et sa préparation a nécessité beaucoup de recherches.

Le cimetière Mountain View à Vancouver. | Photo par Vancouver Heritage Foundation

« On s’est servi de recherches antérieures, faites pour uneexposition il y a quelques années, » explique Mr. Schwartz.

Plusieurs membres de la communauté ont été consultés, des personnes qui ont grandi à Oakridge, des rabbins, des propriétaires d’entreprises.

« Nous avons produit un compte rendu assez complet de la vie à son apogée, » s’exclame-t-il.

M. Schwartz anticipe que des personnes de tous horizons se joindront à la visite.

« Le but est de partager un peu de notre communauté. Quand on fait cela, les autres partagent à leur tour quelque chose de leur communauté, » conclut-t-il.

Michael Schwartz a bien hâte de mener la visite et espère pouvoir en offrir davantage à l’avenir.

www.vancouverheritagefoundation.org

Leave a Reply