Confessions d’un modérateur

Bill Arnott, écrivain

L’artiste français Henri Matisse a dit que « La créativité demande du courage ». Cela veut-il dire que la créativité est synonyme de courage ?

Prêt à provoquer une discussion stimulante autour de cette citation, Bill Arnott, écrivain de nombreux best-sellers et auteur compositeur sera prêt à discuter de ce concept durant un prochain Philosopher’s Café de l’université Simon Fraser (SFU).

Originaire de Vancouver, M. Arnott a quitté il ya deux ans une carrière qu’il poursuivait depuis vingt-cinq ans afin de poursuivre son talent d’écrivain à temps plein. Ses oeuvres sont publiées au Canada et à l’étranger. Il écrit une chronique pour la League of Canadian Poets and the Federation of BC Writers et son livre Gone Viking : A Travel Saga a été nommé finaliste pour les Whistler Independent Book Awards 2019.

Un modérateur privilégié

De temps a autre, lors de la dernière année, M. Arnott a été sollicité afin de remplacer d’autres modérateurs pour quelques sessions du Philosopher’s Café de l’Université de Simon Fraser (SFU). Maintenant, il préside régulièrement le Café à la bibliothèque Joe Fortes à Vancouver.

« C’est un privilège de faire partie de ce programme, » confie-t-il. Ces discussions gratuites, qui sont offertes partout en ville dans de différentes lieux et à différents moments, font partie du programme de formation
continue de SFU. « Nous avons une grande représentation de la ville et la communauté. C’est quelque chose dont je suis très fier : l’inclusivité, » dit-il.

Au début du semestre, les modérateurs sont chargés de suggérer des thèmes à discuter. Bill Arnott, lui-même, a tendance à choisir un sujet ou une citation qui est moins philosophique et plutôt artistique. « Je me suis amusé à m’éloigner un peu des noms typiques de la philosophie. »

Selon lui, les types créatifs, eux aussi, ont une perspective philosophique du monde. « Cela, pour moi, permet de raviver les idées. » Une fois la citation choisie, le modérateur et les participants entament une conversation autour de celle-ci.

Parler ou se taire – une question de courage

M. Arnott a aimé, par le passé, assister à ces sessions du Philosopher’s Café comme participant, et il en profite autant dans son rôle de modérateur, un rôle qu’il prend au sérieux. Comme n’importe quel groupe de discussion, il est conscient que les participants n’y viennent pas pour entendre parler une seule personne. « Je ne suis pas ici pour transmettre ma propre opinion, » explique-t-il. « Un modérateur est une personne qui maintient la conversation et garde les choses en équilibre. » Il est là pour guider la conversation. Cet évènement n’est pas la place pour des commentaires offensants de quelque façon. Arnott donne le ton au Café au début de la session. Il laisse les participants parler et n’intervient pas trop, sauf s’il pense qu’une seule personne domine la conversation ou devient trop offensante.

Faut-il du courage pour parler ? Selon Arnott, c’est le moment où vous décidez de partager que l’élément de courage entre en scène. « J’aimerais écouter les personnes qui ont des papillons dans l’estomac, » explique-t-il, ajoutant qu’il y a une différence entre l’art d’un artiste qui s’inquiète de la réaction du public et une personne qui ne se soucie pas de la réaction des autres. Quand il s’agit de ses propres œuvres, Bill Arnott avoue qu’il n’a pas été facile de publier ses écrits, surtout son premier livre documentaire. Il avoue également qu’il pouvait envisager de voir son livre se retrouver dans la boîte de livres à prix réduits d’une librairie. « N’est-ce pas ridicule ? Mais c’était une vraie peur, » s’exclame-t-il.

Selon lui, ce n’est pas la crainte de l’échec ni du succès qui retient les gens, mais plutôt la peur d’être vulnérable. « S’il y a de la vulnérabilité, ce sera l’occasion d’un rapprochement plus profond et sincère. Tout le monde bénéficierait de cela, » partage-t-il.

Le sujet, « Creativity Takes Courage »  Does creativity then equate to courage ? Why or why not ? sera discuté durant la prochaine session du Philosopher’s Café le 10 octobre.

Pour de plus amples renseignements, visitez le site web de SFU Philosopher’s Café. www.sfu.ca/continuing-studies/events/2019/10/henri-matisse-quote.html

Leave a Reply