PuSh Festival : à la frontière des arts

Photo par Yannick Grandmont

Le PuSh Festival s’annonce sur Vancouver du 22 janvier au 9 février. Parmi les performances artistiques proposées, le spectacle dansé Frontera, imaginé par la chorégraphe canadienne Dana Gingras.

La première mondiale de Frontera a eu lieu à Québec en novembre dernier. La performance a ensuite été présentée à la Place des Arts de Montréal avant d’arriver en ce mois de janvier à Vancouver. Frontera est la première création « longue durée » construite sur deux ans de résidence artistique au sein du Centre de Création O Vertigo.

Frontera s’annonce comme un cocktail fracassant, entre danse, musique et arts visuels. Pour cette création, Dana Gingras, chorégraphe aux multiples compétences, a réuni sa compagnie Animals of Distinction et le groupe canadien de musique Fly Pan Am. S’y ajoute une note européenne avec le collectif britannique United Visual Artists qui assure la scénographie. Musique, danse et représentation scénique illuminée forment ainsi le spectacle Frontera.

Dana Gingras propose de s’interroger sur les notions de frontières, politiques, économiques et métaphoriques au travers d’une œuvre de grande envergure dans laquelle les danseurs font preuve d’une gestuelle téméraire et exaltée. « Où allons-nous ? Que nous apporte le progrès ? Que nous enlève-t-il ? », des questions posées par Dana Gingras dans différentes interviews données à la presse.

Frontière physique et terrestre, économique et au final métaphorique, Frontera ne laissera pas le spectateur indifférent.

Surveiller et être surveillé

Dans Frontera la complexité du sujet se traduit par l’accord de la danse et de la musique. La performance artistique promet de placer le spectateur au centre d’une dynamique rythmée et novatrice. Des mouvements saccadés et énergiques font vivre la chorégraphie sur sonorités novatrices proposées par Fly Pan Am. La lumière trouve également une place bien pensée dans cette création où l’humain et la technologie font corps. Une mouvance artistique qui repose sur la question des jeux de pouvoirs en matière de frontières et d’organisation sociétale.

Le corps devient la propre frontière de l’être humain. Le chaînon d’une dynamique où s’entrecroisent des problématiques universelles.

Un mot sur Dana Gingras

La chorégraphe canadienne Dana Gingras cumule les casquettes. Elle est aussi vidéaste, interprète et enseignante. Cette artiste au sens large, a ainsi testé différents médiums pour s’exprimer.

Dana Gingras, la chorégraphe de Frontera. | Photo par Austin Young

En 1993, elle cofonde avec Noam Gagnon The Holy Body Tattoo, une compagnie basée à Vancouver, qui a changé le paysage de la danse canadienne et qui a remporté de nombreux prix et distinctions pour ses œuvres chorégraphiques et cinématographiques.

Une scène de Frontera. | Photo par Yannick Grandmont

En 2006, elle fonde la compagnie Animals of Distinction afin de se concentrer sur sa passion pour les nouveaux médias et le film. Ses créations ont été présentées au Canada et à l’étranger sous différentes formes dont le spectacle devant public, le film, le design ou encore les arts visuels.

Parmi ses œuvres, Smash Up, Heart As Arena, Chain Reaction, What Is Mine Is Yours, Somewhere Between Maybe et anOther.

En 2016, Animals of Distinction a produit la dernière œuvre de The Holy Body Tattoo, monumental (2005), cette fois avec la musique en direct de Godspeed You! Black Emperor. La pièce a été présentée dans de nombreux festivals et théâtres dans le monde, dont le PuSh Festival, le Festival d’Adélaïde, le festival Luminato, le Festival international d’Édimbourg, le NEXT WAVE Festival du BAM, ROMAEUROPA en Italie, le Festival MONA FOMA en Tasmanie, le Barbican Centre à Londres, la Place des Arts et le Grand Théâtre de Québec.

Y aller : Frontera, représentation le 30 janvier à 8pm au Queen Elizabeth Theatre, 630 Hamilton St. à Vancouver. Tout le programme est à retrouver sur le site : www.pushfestival.ca

Leave a Reply