Des écrivains québécois dans la langue de Shakespeare

Barrière de la langue et structures limitées, populariser la littérature francophone dans l’Ouest Canadien n’est pas toujours chose facile. Cependant, le 5 février prochain, la bibliothèque centrale de Vancouver accueillera trois auteurs québécois primés pour une conversation autour de leur travail mais aussi sur la situation de l’écriture créative au Québec.

Parmi eux, l’écrivaine Audrée Wilhelmy sera présente avec son roman Le corps des bêtes publié en 2017 et tout juste traduit en langue anglaise.

Reprenant plusieurs protagonistes de ses précédents contes, elle y explore les différentes manières de vivre sa sexualité, notamment pendant la puberté. Isolés de tout, les personnages principaux vivent en grande relation avec la nature, qui influence la manière dont ils interagissent entre eux. Ainsi, quand Mie, onze ans, découvre son corps et les désirs neufs qui l’habitent, elle vient modifier l’équilibre de son clan et ravive de nombreux souvenirs de son oncle Osip.

Un autre regard sur l’animalité

A travers l’évocation de l’inceste mais aussi la violence, les tabous et non-dits présents dans le
roman, Audrée Wilhelmy pose la question du rôle de la société sur le comportement humain.

« Ces éléments thématiques, qui sont effectivement dérangeants lorsqu’ils sont sortis de l’univers imaginaire que je propose dans mes romans, sont explorés de manière poétique et amorale. Ni mes personnages, ni mes narrations ne posent de regard moralisateur sur les tabous que j’explore, » précise-t-elle.

Audrée Wilhelmy, auteure de Le Corps des Bêtes. | Photo de Audrée Wilhelmy

L’auteure invite le lecteur à se questionner sur ses propres jugements moraux et sur la polarisation du bien-mal qui régit notre monde. Elle explique « en proposant des univers où l’enjeu moral est absent, j’essaie de toucher à l’humanité et à ce qu’elle a de plus primaire et de plus noble. »

Son écriture décomplexée et la manière de raconter ces scènes troublantes, afin qu’elles le soient le moins possible, permet d’explorer un aspect de la condition humaine souvent ignoré : la nature animale.

Pour arriver à ses fins, elle s’appuie aussi sur ses talents d’illustratrice. Ses dessins font partie intégrante de ses oeuvres comme elle le souligne.

« La couverture du Corps des bêtes est une oeuvre que j’ai réalisée moi-même et qui joue un rôle important dans l’histoire. Puis le travail d’illustration se construit différemment : on voit les personnages dessiner, fabriquer des objets d’art, des sculptures, inventer des langages hiéroglyphiques… L’illustration en vient à contaminer directement le texte », explique l’écrivaine.

Une première à Vancouver

Un mandat pluridisciplinaire pour une auteure débordant d’énergie créatrice (elle est aussi photographe) et qui avoue ne pas vraiment se souvenir comment elle en est arrivée là.

« Je ne me suis jamais vraiment posé de questions; j’ai toujours écrit et raconté des histoires. Depuis le début de mes études universitaires, les événements se sont succédé de telle sorte que je me réveille à trente-quatre ans avec la possibilité de consacrer mon temps à l’écriture. C’est une chance extraordinaire, mais je ne saurais dire à quel moment précis il est devenu clair que j’allais me consacrer à cette passion », avoue-t-elle.

Les nombreux prix reçu par ses ouvrages n’y sont certainement pas étrangers. Comme elle le reconnaît; ces reconnaissances permettent un meilleur rayonnement de son travail.

« C’est un immense privilège de pouvoir créer en ayant du temps devant soi, et de pouvoir également accompagner ses oeuvres un peu partout dans le monde, » partage l’auteure.

Audrée Wilhelmy viendra justement présenter son univers pour la première fois à Vancouver.

« J’ai eu l’occasion de visiter l’Alberta à quelques reprises, mais je ne me suis jamais rendue plus loin à l’Ouest » dit-elle.

Elle reconnaît cependant que de véritables efforts ont été menés par les éditeurs anglophones pour s’ouvrir sur le Québec, mais qu’il reste encore beaucoup à faire pour favoriser le rayonnement des textes traduits.

 

Quebec voices : An Evening with three award-winning Québécois authors

Le 5 février à 19 h 30.

www.vpl.bibliocommons.com/events/5e222b48f4853b5000630f27

Leave a Reply