On respire avec Ghost

Ghost est basée sur le thème de la respiration et aussi du yoga.

La dernière création de Tentacle Tribe promet une respiration très artistique. La compagnie montréalaise présentera sa pièce Ghost du 12 au 15 février à Vancouver.

Imaginez les mouvements des danseurs calés sur la respiration humaine. Un mouvement tantôt doux, tantôt fort et brutal. Inspiration, expiration. Une cadence régulière et pourtant ouverte à toutes les variations. Le corps est utilisé comme un intermédiaire. La dernière création de la compagnie Tentacle Tribe inspire et expire au travers de ses danseurs.

« Ghost est basée sur le thème de la respiration. Nous y mêlons aussi du yoga et d’autres techniques de respiration. Le tout en rencontre avec la danse et ses différents styles à l’image du popping, du breaking ou encore de la capoeira. Nous baignons ainsi dans un univers urbain », explique Emmanuelle Lê Phan, fondatrice de Tentacle Tribe, chorégraphe et danseuse.

Ghost c’est aussi la référence à l’expression anglophone catching the ghost, cet état de grâce pour le danseur.

« La zone pure de la créativité. C’est d’ailleurs cet objectif qui est visé dans notre création », poursuit la chorégraphe.

Les arts martiaux trouvent également une place de choix dans cette création dansée.

Tournée mondiale

Ghost fera parler d’elle dans l’Ouest du Canada, aux États-Unis mais aussi en Europe à Amsterdam pour cette année 2020. Une création imaginée par Emmanuelle Lê Phan et son partenaire depuis plusieurs années, Elon Höglund, Suédois d’origine. Les deux chorégraphes sont accompagnés de quatre autres danseurs. Un échantillon de ce qui se fait de mieux en matière de danse urbaine.

« Avec Ghost, nous relions tous les corps à un même mouvement, une même dynamique. La pièce est une étape, une énergie collective que nous transmettons par plusieurs danseurs », ajoute Mme Lê Phan.

Et nouveau projet

Le duo Lê Phan/Höglund s’apprête également à mener des projets en solitaire.

« Nous voulons aussi mener des projets plus personnels. Mais nous travaillons également sur une nouvelle création immersive. Nous serons présents en septembre à Festival Quartiers Danses à Montréal notamment, » explique la chorégraphe qui avoue danser énormément.

Une passion qui lui vient de l’enfance

« Je me souviens des réunions de Noël en famille à Montréal où l’on dansait beaucoup. J’adorais ça. C’était pour moi un moyen d’expression. J’ai aussi fréquenté les rave parties pour danser jusqu’au bout de la nuit », sourit Emmanuelle Lê Phan.

Une passion qu’elle espère bien transmettre au public vancouvérois très prochainement.

 

Y aller : Ghost,

le 12 février à 19 h 30 et du 13 au 15 février à 19 h 30
à l’Historic Theatre,
1895 Venable Street à Vancouver.
Plus d’informations sur le site : www.thecultch.com

 

A toi de créer ta voie !

Passionnée et passionnante, Emmanuelle Lê Phan a aussi un message pour les danseurs en devenir.« Quand je m’adresse aux jeunes, j’essaye de ne pas trop leur parler des blessures. Je les encourage car il y a beaucoup de danseurs qui ne savent pas comment développer leur carrière avec un bagage comme celui-ci. Quand j’étais jeune, il n’y avait pas de chemin tout tracé pour une danseuse comme moi. J’étais entre le break et la danse contemporaine. Alors je ne dirais qu’une seule chose, il n’y a peut-être pas de voie mais à toi de créer la tienne. » Emmanuelle Lê Phan

Un message positif pour un jour peut-être aussi atteindre ce fameux « catching the ghost » tant aimé des danseurs.

Leave a Reply