Avoir quitté le Brésil pour des raisons environnementales

Je viens de Manaus. Une ville située au cœur de la jungle amazonienne. Chaude et pluvieuse. J’ai décidé de déménager afin d’avoir un mode de vie plus sain. Cela peut sembler un peu paradoxal au début, mais ce n’est pas le cas. Au cours de mes études en sciences de l’environnement, la ville de Vancouver a toujours été considérée comme un point de référence en questions environnementales. C’est une chose que j’admire et qui était vraiment difficile à accomplir là-bas dans ma ville natale.

La situation environnementale au Brésil n’est pas à son meilleur. Les incendies en Amazonie ont augmenté de 42% en 2019 par rapport à l’année précédente. Le gouvernement populiste d’extrême droite ne considère pas les questions environnementales comme une priorité dans son programme. Les autorisations d’exploitations minières sur des terres autochtones autrefois protégées, les règles moins strictes concernant les pesticides, le déni des changements climatiques et l’inaction lors des catastrophes environnementales du Brésil l’année dernière (déversement de pétrole dans le nord-est et effondrement du barrage de Brumadinho) sont quelques exemples du caractère odieux des politiques environnementales du gouvernement actuel. Les investissements dans la préservation ont été réduits et, en règle générale, les transports publics dans les villes sont plus que médiocres, nous devons donc compter sur nos propres voitures pour avoir une mobilité décente. Cette situation politique a été la dernière goutte qui a déterminé notre voyage vers un nouveau pays.

J’ai donc décidé de déménager ici. Je veux dire, nous, ma femme et moi et notre chien secouru Tupi (du nom d’un peuple brésilien). Nous sommes ici depuis trois mois et nous trouvons que c’est un bon endroit pour vivre, avec un accueil chaleureux malgré le froid au moment de notre atterrissage. Certes, nous avons eu des difficultés, en fait, nous en avons encore; après tout, changer de pays, quitter la famille et les amis, tout cela est une tâche difficile. Mais nous avons trouvé des gens adorables et des expériences qui facilitent le processus. Jusqu’à présent, nous trouvons ce que nous recherchons: une vie avec moins d’impact sur l’environnement. Nous apprécions les événements environnementaux et la sensibilisation autour de ce sujet que nous avons découverts ici. Nous avons également trouvé plus facile ici de participer à ces petites actions qui s’offrent à nous au quotidien pour réduire notre impact, comme l’utilisation des transports publics, le recyclage, l’achat d’articles d’occasion, entre autres. Vancouver possède plusieurs espaces verts comme le parc Queen Elizabeth et le parc Stanley, où nous pouvons nous sentir plus proches de la nature malgré le fait de vivre dans un centre urbain.

De plus, nous apprécions la diversité des personnes d’origines différentes et nous avons également rencontré des habitants qui se soucient vraiment des autres et font ce qu’ils peuvent pour que le nouvel arrivant se sente à l’aise dans son nouveau domicile. Je peux donner quelques exemples, comme le monsieur qui vient nous parler pendant que nous marchons avec Tupi, la femme du Congo que nous avons rencontrée quelque part et qui a appris un mot portugais pour nous saluer, le monsieur chinois qui ne parle pas anglais mais qui sourit toujours et nous salue, ou le moniteur de conduite qui a été gentil et prudent même lorsque la voiture que nous conduisions a été heurtée par un SUV et a subi des dommages importants (Dieu merci, personne n’a été blessé). Ces personnes anonymes avec de très petites actions rendent le processus d’adaptation dans un environnement totalement différent moins difficile.

Bien sûr, le Canada et Vancouver ont leurs propres problèmes environnementaux et sociaux, comme nous pouvons le voir avec les conflits concernant les pipelines et les Premières Nations. Nous constatons que des améliorations doivent encore être apportées au niveau municipal et fédéral, mais Vancouver a une longueur d’avance sur la plupart des villes du monde à cet égard. Et c’est sûrement l’un des aspects qui attirent des gens du monde entier à s’installer ici dans une ville qui, malgré ses problèmes, a une diversité unique et une conscience environnementale. Un autre aspect attrayant, ce sont les gens charmants de la ville et leur façon de bien traiter les nouveaux arrivants, surtout si ces derniers sont suivis par un chien secouru amical et enjoué.

Leave a Reply