L’Ensemble Amir Amiri crée un univers enchanteur qui transcende nombre de frontières

Composé d’Amir Amiri (tympanon), Sardar Mohamad Jani (oud), Reza Abaee (gheychak), Hamin Honari (percussion) et Omar Abu Afech (alto), l’Ensemble Amir Amiri met à l’honneur la musique traditionnelle persane.

Inspirés par la diversité et la fluidité de leur influence respective musicale iranienne, ces musiciens ont créé une signature sonore unique en fusionnant des éléments de la musique traditionnelle persane avec des styles spirituels, folkloriques et modernes.

Amir Amiri
Basé à Montréal, Amir Amiri est né en Iran. Dans son pays natal, il a consacré une grande partie de sa jeunesse à étudier le santour, un tympanon à 72 cordes frappées qui est au cœur de la musique classique persane.

Il a également étudié la musique classique indienne avec quelques-uns des maîtres : Ravi Shankar et Nusrat Fateh Ali Khan. Bien qu’il ait reçu une formation classique, Amir Amini a toujours cherché à explorer les limites de sa musique, s’étendant au-delà des contraintes de la pensée traditionnelle.

L’Ensemble Amir Amiri va se produire au Chan Centre de Vancouver. | Photo de Chan Centre

M. Amiri a travaillé avec de grands noms tels que Bob Becker, Edgar Meyer, Hugh Fraser, John Stetch ou encore Bill Cahn. Il a également collaboré avec des ensembles comme Constantinople et Pierre Lapointe. De plus, le musicien a pris part à divers projets en tant que percussionniste, compositeur, directeur musical et consultant pour de nombreuses compagnies de danse et de théâtre canadiennes en Alberta et au Québec.

Reza Abaee
Également originaire d’Iran, Reza Abaee est initié à la musique dès le plus jeune âge par son père qui lui apprend à jouer du tombak (percussion iranienne) et de la kamancheh (vièle à pique) avec laquelle il approfondit l’étude de la musique traditionnelle iranienne et l’art des radifs.

Cependant, il se concentre sur la vièle gheychak lors de sa formation à l’université d’Azad (Téhéran) où il obtient une licence en musique iranienne en 1997. Il enseigne le kamancheh, la gheychak et l’histoire de la musique occidentale au conservatoire de Téhéran de 1997 à 2013.

Le musicien collabore également avec la radio-télévision IRIB (diffuseur national iranien). Il participe à l’enregistrement de plus d’une dizaine d’albums et fonde plusieurs ensembles : Shiva, Rumi et Avijeh. Tous ces projets amènent Reza à se produire en Iran, en Europe puis au Canada à partir de 2014.

Hamin Honari
Percussionniste irano-canadien, Hamin Honari est spécialiste du tombak et du daf, deux instruments à percussion d’origine iranienne. Il s’applique à adapter son style et sa technique de percussion pour l’appliquer et le transmettre à plusieurs genres musicaux différents. Il enseigne depuis une dizaine d’années, notamment à la Vancouver Symphony School of Music, le Nava Art Centre à Vancouver-Nord et le Persian Cultural and Art Institute of British Columbia.

Le musicien s’est produit avec de nombreux ensembles musicaux, notamment l’Ensemble Dastan, l’un des orchestres de musique classique persane les plus connus d’Iran, Il a également accompagné plusieurs musiciens et chanteurs d’exception comme Salar Aghili, Parissa, ou encore Hossein Omoumi.

Un ensemble guidé par la spiritualité
La relation d’Amir Amiri avec la musique est spirituelle et il fait corps avec son tympanon avec une agilité méditative. Les mélodies hypnotiques s’articulent autour de motifs rythmiques subtilement complexes, tandis qu’il fait appel à des siècles de tradition avec une voix instrumentale très à l’aise dans les dialectes musicaux d’ici et d’aujourd’hui.

Dans l’univers musical éclectique de l’ensemble, les frontières sont abolies pour laisser place à l’alchimie, une conversation mystique entre musiciens frères spirituels.

Le concert de l’Ensemble Amir Amiri est à découvrir en ligne au www.chancentre.com, le 29 janvier à 19h.

Leave a Reply