Des Rendez-vous de la francophonie plus inclusifs que jamais

« La francophonie est un vaste pays sans frontières », selon le poète et chanteur québécois Gilles Vigneault. Cette année, pour les Rendez-vous de la francophonie (RVF) ces mots résonnent plus fort que jamais. Pendant le Mois de la francophonie, du 1er au 31 mars, les organismes francophones du pays se réunissent pour proposer des activités culturelles et éducatives, des concours et de la musique.

Cette année, c’est l’Acadie qui est à l’honneur avec ce slogan : Acadie, au cœur de mon pays ! et qui a pour but de rappeler l’apport des Acadiens à la culture des 9,5 millions de francophones que compte le Canada (selon la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique mais 7 166 000 selon Statistiques Canada, chiffres de 2016). L’affiche de l’évènement est d’ailleurs une représentation stylisée d’une Acadienne, en bateau (pour des raisons historiques) dont le phare à l’avant rappelle le rôle fondateur dans l’élaboration de l’identité francophone canadienne.

Jill Barber. | Photo de Rendez-vous de la francophonie

Les ambassadeurs de l’évènement sont la chanteuse-compositrice d’origine anglophone Jill Barber, qui a sorti deux albums en français, et l’auteur, lui aussi compositeur, Yao d’origine ivoirienne arrivé à l’âge de treize ans au Canada qui s’est distingué en 2019 au gala Trille d’or (« Artiste Solo » « Meilleur spectacle » et « coup de cœur des médias »)

« Le but est de rassembler les acteurs de la francophonie et de faire écho d’un bout à l’autre du pays dans notre langue », explique Nadia Imgharen, coordinatrice aux communications de la FFCB. « En plus de l’Acadie, la Colombie-Britannique sera également à l’honneur cette année grâce à Jill Barber ».

En effet, l’artiste vit à Vancouver et sera une ambassadrice très spéciale. Née anglophone, elle se passionne pour le français au point de chanter en cette langue. Pourtant, les choses étaient mal parties pour elle, puisqu’elle avait quitté le programme d’immersion française pendant son enfance. C’est en devenant adulte qu’elle a retrouvé son attirance pour la langue dans laquelle elle apprécie particulièrement certaines expressions qui n’existent pas en anglais (par exemple, « coup de cœur »).

Yao. | Photo de Rendez-vous de la francophonie

Cependant, pandémie oblige, pas de rassemblements en direct pour cette édition mais des évènements, dont des concerts, qui seront proposés en ligne et en direct sur différentes applications comme Facebook Live ou encore Youtube. « C’est presque une chance cette année » nous explique Nadia Imgharen « avec les réseaux sociaux et les évènements en ligne, on va pouvoir se rapprocher davantage avec les francophones à l’autre bout du pays et voir un monde et des gens qu’on ne connaît pas et qu’on va découvrir »

Une francophonie plus plurielle que jamais
La participation de cette année met aussi en valeur l’apport des francophones non québécois et non français pour saluer leur apport à la diversité culturelle de la francophonie au pays. « On montre ainsi l’implication des autres communautés francophones dans le pays, y compris celle de la Colombie-Britannique » (qui revendique la quatrième plus vaste communauté francophone du pays avec 73 000 personnes dont la première langue est le français et 310 000 francophiles).

L’un des plus gros évènements sera certainement le concours « Party de cuisine » qui débutera dès le 25 janvier porté par le patineur artistique britanno-colombien Patrick Chan qui en sera l’hôte (avec quelques très beaux prix à la clé, comme un voyage en Suisse), mais il y aura également une foire à l’emploi, de nombreux concours lancés dans les écoles des différents conseils scolaires francophones du Canada.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, de nouveaux évènements sont proposés chaque jour par les membres du tissu social francophone et le calendrier n’est pas encore arrêté.

Le parlement de la Colombie-Britannique devrait également proclamer officiellement le lancement du Mois de la francophonie avec, le 24 mars, la remise du prix du Cornouiller d’or au fonctionnaire de la province qui aura le plus œuvré pour la francophonie, mais également un concours de poésie dont les modalités ne sont pas encore arrêtées.

Pour plus d’information visitez le: https://rvf.ca/fr

Leave a Reply