Sound of Dragon : Portrait de la chanteuse de gorge Caroline Novalinga

Chanteuse de gorge inuite, Caroline Novalinga sera présente pour la cinquième édition du festival Sound of Dragon, pour une rencontre artistique et culturelle exceptionnelle.

Évènement au carrefour des cultures, Katajjaq Meets Khöömei réunira pour la première fois chants de gorge inuit (katajjaq) et mongol (khöömei) sur scène en Colombie-Britannique. La présence d’influences culturelles très vastes caractérise ce concert : inuite, mongole, chinoise, japonaise, européenne et arabe.

Caroline Novalinga et Lydia Etok, toutes deux chanteuses de gorge, font partie d’Oktoécho, un collectif artistique fondé en 2001 et basé à Montréal. Cet ensemble à géométrie variable (de 3 à 30 musiciens) spécialisé dans le métissage des musiques du Moyen-Orient et de l’Occident, est régi par la compositrice Katia Makdissi-Warren. Oktoécho vise à créer des œuvres québécoises originales tout en explorant un esthétisme qui incarne un monde dont la fusion des différentes traditions transcende les frontières.

Caroline Novalinga et Lydia Etok, toutes deux chanteuses de gorge, font partie d’Oktoécho. | Photo de Sound of Dragon

Elles seront accompagnées par le multi-instrumentiste Michel Dubeau (flûtes, shakuhachi, duduk, clarinette et cornemuse) et Khalil Moqadem à l’oud pour Oktoécho et par l’ensemble Orchid Ensemble, nominé aux prix Juno. Composé de Lan Tung à l’erhu/violon chinois, Dailin Hsieh au zheng/cithare chinoise et Jonathan Bernard aux percussions, il se joindra au musicien mongol Anand Avirmed. Ce dernier exécutera le khöömei et jouera du morin khuur (violon mongol à tête de cheval).

Vivre authentiquement

Après une enfance à Puvirnituq, Caroline Novalinga étudie au Cégep Marie-Victorin dans les années 1990 et obtient un diplôme d’études collégiales en comptabilité. Pendant ses études, elle écrit un récit pour Sivunitsavut, la revue étudiante du Cégep. Ce récit intitulé Vraie histoire de jadis (1999) raconte les malheurs subis par une femme « laide » et sous-estimée par ses pairs.

Caroline Novalinga se lance dans une carrière en chant de gorge au cours des années 2010. Fille de la poétesse Emily Novalinga et parente de l’essayiste, journaliste et homme politique Zebedee Nungak, la chanteuse de gorge se produit sur scène avec sa cousine Alasie Sivuarapik dans le cadre d’un festival communautaire dans le quartier Villeray de Montréal avant de participer en mars 2019 avec Lydia Etok, dans le cadre d’Arte Musica, festival de musiques du monde, dans la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal.

Le passage des traditions

La chanteuse de gorge tient à transmettre ce savoir ancestral à ses enfants. Sa fille Shina a partagé des vidéos de chant de gorge sur la plateforme TikTok, tout d’abord dans le but de s’amuser. Ces vidéos ont fait des millions de vues et permettent de faire découvrir cet art traditionnel. L’album Mother and Daughter Throat Singing de Kayuula et Shina Novalinga est sorti en 2021.

Le Katajjaq consiste en un jeu vocal où deux femmes se font face debout en se tenant par les avant-bras et se balançant et où la première personne qui ne peut plus suivre perd. Si ce type de chant a souffert d’une mauvaise réputation dans l’histoire, il est enfin respecté et promu aujourd’hui. En 2014, le gouvernement du Québec a déclaré le katajjaniq (chant de gorge du Nunavut) élément du patrimoine culturel immatériel.

Caroline Novalinga animera avec Lydia Etok un atelier de chant de gorge accompagné par Anand Avirmed. Cet évènement gratuit aura lieu le 23 juin à 19 h. Le concert Katajjaq Meets Khoomei aura lieu le 24 juin à 20 h à The Annex Theatre.

Pour plus d’informations sur le festival Sound of Dragon : www.soundofdragon.com

Leave a Reply