Exposition « The Errand and the Epiphany » ou l’éloge de la flânerie

L’artiste Jessie McNeil. | Photo de Jessie McNeil

L’artiste Jessie McNeil, originaire de Vancouver, nous offre pour ce printemps une nouvelle exposition, The Errand and the Epiphany, qui se tiendra dès le 21 mars prochain à Burnaby. Une invitation de McNeil à cueillir le jour au moyen de collages colorés et inspirés par ses flâneries en ville.

Du haut de ses 30 ans, Jessie McNeil n’en est pas à son coup d’essai. Après avoir notamment exposé ses œuvres parmi des collectifs d’artistes en Italie et en Angleterre et effectué une résidence d’artiste en Estonie, la jeune Vancouvéroise propose cette fois-ci chez elle une nouvelle exposition au sein du festival annuel de photographie Capture, qui se tiendra cette année du 1er au 28 avril. Une exposition de collages dans un festival de photographie ? Si cela a de quoi surprendre de prime abord, cela étonne moins lorsque l’on s’intéresse aux méthodes et procédés qu’utilise l’artiste pour créer ses tableaux.

Les rêveries d’une promeneuse solitaire

McNeil est une artiste pluridisciplinaire. À la fois photographe et coupeuse-colleuse, elle mêle ses différentes passions (et les différents supports qui en découlent) dans le processus de création de ses collages.

Le point de départ de sa démarche artistique est celui d’une piétonne ou d’une cycliste qui arpente les rues dans un but méditatif : « Je ne roule pas en voiture, donc souvent je marche ou vais à vélo où je dois me rendre. J’ai le privilège de vivre dans une ville où tout est accessible à pied. Certains diront que la voiture fait gagner beaucoup de temps, mais en choisissant un moyen de déplacement plus lent, je me sens récompensée par des moments qui inspirent mon travail artistique. Marcher me procure le temps d’observer les rituels extérieurs du quotidien comme quelque chose de plus qu’un décor omniprésent. C’est précieux de regarder cet environnement pressé et obsédé par la technologie à travers l’objectif d’une flâneuse ».

Little Rebellion, 14 1/2 po x 18 1/2 po x 1/4 po, collage sur papier, 2017. Photo de Jessie McNeil

Armée de son appareil photo, prête à tirer le portrait d’un passant anonyme, Jessie McNeil opte donc pour une philosophie de vie qui privilégie la lenteur dans un monde qui va trop vite. Cette philosophie lui a été inspirée à la lecture d’un essai, Wanderlust : A History of Walking, écrit par Rebecca Solnit, où elle puise d’ailleurs le nom de son exposition. Pour la photographe, marcher et faire du collage sont tous deux des actes de méditation.

« Prendre le temps d’apprécier les êtres qui nous entourent, que ce soit dans l’intention d’en faire de l’art ou pendant que l’on voyage ou que l’on marche simplement à l’épicerie du coin »

La marche est donc le moyen utilisé par McNeil pour choisir ses scènes urbaines, car ses collages ne sont pas seulement le portrait de gens, mais aussi « le portrait d’endroits et de notre interaction avec ces endroits ». La majorité de ses collages illustrent donc des scènes de rue et la place des humains dans leur environnement urbain et culturel. C’est ainsi qu’est résumé le thème central du travail accompli par McNeil lors de ces dernières années, et The Errand and the Epiphany s’inscrit dans la continuité de cette démarche artistique et philosophique chère à McNeil.

Pour que ces scènes urbaines prennent vie sur toile, l’artiste recrée en studio les clichés de ces instants capturés à l’extérieur, à l’aide d’innombrables morceaux de papier colorés. Et après plusieurs heures de découpages, arrangements, réarrangements et collages, les photos renaissent sous forme de petits tableaux vivants et lumineux, trahissant le souci du détail de l’artiste. Le désir de Jessie McNeil est qu’au moment de voir ses tableaux, le public s’attarde un instant sur chaque œuvre afin de voir le travail minutieux qui se cache derrière. Un beau parallèle avec ses propres méthodes artistiques et sa philosophie de vie.

 

The Errand and the Epiphany.
Une exposition à voir à la galerie d’art de Burnaby (McGill Library), du 21 mars au 15 mai.

Leave a Reply