Des vidéos pour parer à la pandémie

Comme toute autre période instable dans l’histoire du monde, la pandémie de la COVID-19 démontre la capacité des humains à s’adapter au mode de vie qui leur est actuellement permis. Partout au monde les professeurs ont dû adapter leurs cursus à un univers où les professeurs ne sont pas autorisés à voir leurs élèves.

Kate Hennessy de la School of Interactive Arts & Technology (SIAT), à Simon Fraser University (SFU), est une des professeurs qui a dû adapter sa pédagogie à un monde où ses élèves ne sont pas en classe, ou, comme elle dit, ne sont pas nécessairement à Vancouver. Ce cours, Interactive Arts Technology (IAT) est un cours de vidéographie qui offre aux étudiants l’occasion de travailler avec « différentes institutions culturelles pour faire des documentaires qui sont pertinents aux différentes expositions présentées », explique-t-elle. Une de ces institutions culturelles est le Musée de Vancouver (MOV) où Viviane Gosselin, directrice de la culture contemporaine, a travaillé par le passé avec Kate Hennessy pour que les documentaires de son cours aient du succès. Ce partenariat se sera avéré particulièrement utile pendant la pandémie de 2020.

#IsolatingTogetherMOV
Les premiers mois de la pandémie ont engendré un changement dans le comportement des musées. Mme Gosselin raconte qu’au début de la pandémie, le MOV a dû se poser une question très importante : « Comment [le Musée de Vancouver] reste-t-il pertinent et joue-t-il un rôle pour faire face à la crise, […] et comment faire preuve d’empathie et soulager la douleur et le malaise causés par la pandémie et fournir une plateforme où les gens peuvent partager leur expérience avec la COVID ».

Photo par Darya Tyugay

La réponse à cette question ? Le hashtag #IsolatingTogetherMOV présent partout pendant les premiers mois de la pandémie et qui demandait aux gens de partager leur expérience de la quarantaine en affichant des vidéos avec cet hashtag. Pour la professeure Hennessy, cette idée d’une exposition rejoignait son cours. Elle a donc posé à Mme Gosselin la question suivante : « Et si nous construisions l’ensemble du cours sur #IsolatingTogetherMOV ? ».

Une nouvelle pédagogie
Mais comment enseigner un cours de vidéographie à distance ? Mme Hennessy confie qu’elle a « passé beaucoup de temps à créer un cours de vidéo en ligne car les étudiants n’ont pas accès aux équipements loués par l’université ». Elle s’est donc dit que ses élèves allaient devoir bricoler avec les outils vidéographiques qu’ils avaient. S’ils n’avaient pas de caméra, un téléphone portable ferait tout aussi bien pour filmer et enregistrer les scènes des documentaires. Mme Gosselin confie que « ce qui m’impressionne, est qu’elle dit à ses élèves de ne pas acheter de matériel, mais les pousse à utiliser ce qu’ils ont autour d’eux pour filmer leur vécu qui sera incorporé dans une petite exposition au Musée de Vancouver ». Mais ces cours de bricolage n’étaient pas suffisants pour Kate Hennessy, qui a enregistré des entretiens d’experts en vidéographie afin d’inspirer ses élèves. Durant les cours, Mme Gosselin, de son côté, a beaucoup travaillé avec les élèves afin de pouvoir, « critiquer, trouver les lacunes et améliorer leurs projets ». Ce qui a offert aux étudiants la capacité de travailler et de documenter indépendamment, peu importe où ils se trouvaient dans le monde.

Une des étudiantes du cours et la créatrice du documentaire
Skate Like a Girl est Darya Tyugay. Son documentaire témoigne de son expérience à Vancouver pendant la pandémie, loin de sa famille au Kazakhstan, et comment la planche à roulettes l’a aidée à améliorer sa santé mentale. Elle se dit être très contente de ce cours et de la manière dont il a été mené. « Ça a été un de mes cours préférés à SIAT ». dit-elle « Nous avons eu beaucoup de liberté créative d’expression », confie-t-elle. Les cours de bricolage l’ont aussi beaucoup inspirée et elle trouve que beaucoup des films sont très originaux. « J’ai vraiment aimé cette classe. Je n’avais pas beaucoup d’attentes mais ça a été vraiment cool », ajoute-t-elle.

En attendant l’exposition des élèves, à voir cet été, toutes les vidéos sont disponibles sur la chaîne YouTube du Musée de Vancouver sous le titre #IsolatingTogetherMOV. Si une chose est sûre, c’est que le Musée de Vancouver aura de belles additions à sa collection avec ces films d’étudiants.

Pour plus d’informations : www.facebook.com/groups/665785647299288/

Leave a Reply