L’un des meilleurs vocalistes jazz en visite à Vancouver

L’artiste John Boutté en train de se produire dans une église. | Photo par Michael Crook

Élu meilleur vocaliste masculin par Off Beat Magazine à pas moins de neuf reprises, John Boutté est un jazzman qui respire l’âme de La Nouvelle-Orléans, sa ville de naissance. Une voix puissante et écorchée, un don pour embarquer son public, des collaborations aussi diverses que fructueuses… La vie sourit à ce prodige de la musique, et Vancouver va avoir la chance de le recevoir le vendredi 30 juin dans le cadre d’une collaboration avec Coastal Jazz and Blues Society. Immersion dans ce parcours atypique…

Comme un goût de New Orleans

Depuis sept générations, la famille d’origine créole de John Boutté foule fièrement le sol de la Nouvelle-Orléans. Chantant le passé, mais aussi le futur, les membres de la fratrie se sont toujours distingués par leurs talents musicaux et vocaux. Par exemple la sœur de John, Lillian Boutté, a travaillé avec les plus grands et est reconnue comme une figure incontournable de la scène musicale de la Nouvelle-Orléans.

Enfant, John Boutté pratique déjà plusieurs instruments : la couronne et la trompette. Par la suite, il a l’occasion de développer sa technique à l’école en prenant part à des spectacles de talent avant d’affronter le regard des autres en se produisant avec des groupes de rue. Il est encore jeune lorsque sa sœur lui présente des sommités locales telles que Dr John, Allen Toussaint ou encore James Booker.

Parti à l’armée, la musique continue de l’accompagner puisqu’il chante dans les chœurs gospel de l’Armée en Virginie, au Texas et, finalement, en Corée. C’est paradoxalement en Corée qu’il commence à se reconnaître dans l’Amérique et que la notion de Blues profond s’empare de lui. Rentré aux É.-U., il est aussitôt invité à voyager en Europe avec sa sœur. Comme il l’explique souvent, l’Europe a été riche en leçons pour lui, dans les langues, les cultures et les coutumes, ce qui lui a insufflé l’envie de poursuivre une carrière en tant que chanteur de jazz.

Une première partie de carrière…

L’organe est puissant. Pas besoin d’être spécialiste de la musique jazz pour entendre des sonorités familières dans le timbre chaleureux de la voix de John Boutté. Mais, attention ! Il ne faut pas dire à John que sa voix sonne comme celle de ses prédécesseurs ou ses contemporains : un jour, on lui a fait remarquer que sa voix ressemblait à celle de Sam Cooke. Et qu’a répondu John à cette remarque (pour le moins flatteuse au demeurant) ? « Ma voix, c’est celle de John Boutté, putain ! » (I f***in sounds like John Boutté!).

S’épanouissant dans des styles variés allant du jazz, blues, et gospel, John Boutté s’est également essayé au RnB et aux sonorités latino-américaines. Lançant sa carrière de musicien, son parcours sera marqué par divers projets : création d’albums, lancement de talents amateurs, un projet enregistré avec le géant du son Bose, des concerts internationaux… La reconnaissance arrive avec des certifications sur les ventes de ses albums, mais le succès reste local ou réservé aux connaisseurs de ce style musical dont John Boutté a su se faire le fer-de-lance. Il faudra attendre une nouvelle collaboration pour que la renommée du jazzman explose…

… Éclipsée par un succès récent à la télévision

En 2003, la « consécration » arrive avec l’écriture de la chanson Treme Song qui sera celle utilisée pour le générique de la série télévisée Treme produite par le géant américain HBO. Reprenant le nom du quartier Tremé de la Nouvelle-Orléans, la série affronte la question des difficultés sociales lors de l’après-Katrina. On y suit des personnes essayant de reconstruire leur vie après le passage de l’ouragan. Malgré des scores d’audience parfois mitigés pour Treme, les passionnés de la Nouvelle-Orléans et de sa culture considèrent cette série comme étant réaliste et incontournable. John Boutté y fait d’ailleurs plusieurs apparitions.

Désormais, la notoriété de John Boutté est établie, et on le reconnaît dans les clubs ou dans les rues de sa ville. Pas un concert ne se passe sans qu’on ne lui réclame la fameuse Treme Song. Plus récemment, il s’est concentré sur son duo avec le guitariste Paul Sanchez, collaboration qui a donné lieu à l’excellent album Stew Called New Orleans.

Pour avoir de l’évasion, un avant-goût de Mardi gras, de carnaval, de joie, pour écouter du jazz dans sa plus pure tradition, ne manquez pas la venue de cet artiste dont la joie de vivre n’a d’égal que son talent !

Concert de John Boutté, vendredi 30 juin à 20 h au BlueShore Financial Centre for the Performing Arts. Entrées à 32 $.

Leave a Reply