Éducation : les recommandations du chercheur Robert Lessard

Un encadrement structuré et continu afin de garantir une meilleure gestion des directions d’écoles dans un contexte de changement organisationnel sont les principales recommandations de M. Robert Lessard.

Dans le cadre de sa thèse de recherche en éducation, M. Robert Lessard a mené une étude sur
« les pratiques de gestion des directions d’école pour l’amélioration des résultats scolaires des élèves dans un contexte d’éducation francophone minoritaire au Canada ». L’étude de terrain a été menée entre 2012 et 2015 au sein d’une école francophone d’une province de l’Ouest canadien et la thèse a été soutenue au mois de mai dernier à SFU de Vancouver. En plus d’être étudiant au doctorat, M. Lessard est également directeur du Conseil scolaire Centre-Nord en Alberta.

Ecole efficace et amélioration continue

Cette étude s’appuie sur les conditions de l’école efficace et celle en amélioration continue afin d’étudier les pratiques de gestion des directions d’écoles dans un contexte de changement organisationnel.

Le mouvement des écoles efficaces met l’accent sur la réussite de tous les élèves et cela « en dépit de facteurs comme celui du niveau socio-économique ». L’égalité des chances et le développement positif des élèves est donc au coeur des écoles efficaces. En parallèle, le chercheur évoque aussi la notion de l’amélioration continue des écoles qui, en résumé, peut être définie comme une école s’adaptant aux enjeux et défis qui évoluent avec le temps – en revoyant ses objectifs, son fonctionnement, ses modes d’apprentissage – tout en continuant à remplir son objectif de réussite des élèves.

Ces deux notions se complètent car « lorsque la cible est la réussite des élèves, il est facile de considérer qu’un champ vient compléter l’autre puisque dans l’optique des tenants de l’amélioration, les écoles deviennent efficaces avec le temps. »

Evoluant au sein d’une société où tout change de plus en plus et de plus en plus rapidement, l’école et le monde de l’éducation doivent aussi s’adapter et donc constamment questionner leur mode de gestion et d’organisation. C’est dans ce contexte qu’à partir de 2005, le conseil scolaire « s’est investi dans la mise en place d’un cadre d’amélioration continue ayant pour but d’optimiser différentes sphères de ses interventions et plus particulièrement celles liées à la réussite des élèves. »

Robert Lessard, chercheur en éducation en milieu minoritaire francophone. | Photo de Robert Lessard

Cependant, « un sondage interne réalisé durant l’année scolaire 2011–2012 auprès des directions des écoles du conseil étudié indiquait que, dans la pratique, peu de directions d’école s’associaient au rôle de catalyseur du changement visant l’amélioration de la réussite des élèves dans leur école. En effet, les directions consacraient surtout leur temps à des activités de gestion administrative.» C’est donc aussi face à ce constat que l’étude de M. Lessard intervient.

Constats et recommandations

La thèse révèle qu’en général un climat de confiance règne parmi les directions et les enseignants concernant les pratiques de gestion associés aux écoles efficaces. Ces enseignants en milieu minoritaire présentent généralement « un fort sentiment d’appartenance à leur école » et souhaitent y terminer leur carrière même si la confiance citée plus haut a tendance à baisser avec le temps.

Cette baisse de confiance est principalement liée à un manque d’encadrement continu et un manque d’interaction directe avec les élèves et les parents de la part des directions d’écoles.

Lors d’un entretien, le chercheur insiste sur l’importance ‘d’encadrer la démarche de gestion du changement dans l’organisation avec une attention particulière aux principaux catalyseurs de ce changement, soit les directions d’école’. Ainsi, le chercheur recommande :

• ‘d’assurer un monitorage de la part des dirigeants des conseils scolaires des pratiques de gestion des directions d’école tout au long de la période destinée à l’amélioration continue’

• de garantir ‘ la continuité dans l’accompagnement des directions par les dirigeants du système scolaire (stabilité dans les employés qui jouent un rôle clé dans l’orientation du changement organisationnel)’

• plus d’interactions de la part des directions avec les élèves et avec les parents.

• une ‘enquête périodique sur le sens d’appartenance des enseignants à leur école afin d’assurer un meilleur suivi d’un point de vue humain en période de changement; suivi d’autant plus indiqué à la lumière des défis que rencontrent les conseils scolaires dans le recrutement et la fidélisation professionnelle des enseignants.’

« La gestion du changement organisationnel envers la réussite des élèves ne peut être une tâche déléguée, mais elle doit plutôt faire l’objet d’un suivi rigoureux de la part des dirigeants du milieu scolaire» conclut M. Lessard.

Bien que cette étude ne se limite qu’à une école, on peut espérer que d’autres initiatives comme celle-ci verront le jour. Le chercheur suggère d’ailleurs qu’il serait pertinent d’ajouter à celle-ci une étude complémentaire afin d’établir si un lien existe réellement entre les pratiques de gestion des directions d’école et les résultats des élèves dans les écoles francophones en contexte de langue minoritaire au Canada.

 

En savoir plus :

Résumé de la thèse :
www.sfu.ca/content/dam/sfu/education/educationresponsive/graduatestudies/Thesis/2019/Summer2019/RLessard.Abstract.pdf

Thèse au complet : www.theses.lib.sfu.ca/file/thesis/5295

Leave a Reply