« Syttende Mai » : La fête nationale norvégienne à Vancouver

Photo par Peter Skou

Le 17 mai, ou Syttende Mai en norvégien, est la fête nationale célébrant la signature de la constitution du pays en 1814. Plus de 200 ans plus tard, ce jour est toujours aussi important pour les Norvégiens, y compris ceux vivant à l’étranger. Afin de célébrer cette journée très spéciale, la Norwegian House Society de Burnaby organise un dîner dansant, l’occasion de mettre à l’honneur la culture norvégienne.

La fête nationale est pour les Norvégiens l’occasion de se retrouver en famille et entre amis pour déguster un bon petit déjeuner puis aller manger une crème glacée ou un hot dog à la parade où on arbore son bunad, le costume traditionnel. Il en existe des centaines avec des couleurs, des broderies et des styles différents selon la région.

À Oslo, on se rallie devant le palais pour saluer la famille royale. Dans les villes comme dans les villages un discours est prononcé pour l’occasion. Cette fête est adorée des enfants qui agitent leurs drapeaux et chantent avec les fanfares. Les futurs bacheliers, appelés Russ, célèbrent la fin de treize années de scolarité et défilent dans des camionnettes personnalisées pour l’occasion avec des sonorisations bruyantes. Ils s’habillent de combinaisons rouges ou bleues selon la direction de leurs études et se livrent à toutes sortes de jeux.

Jeunes Norvégiennes portant différents styles de bunad, le costume traditionnel.

La fête à des milliers de km

C’est dans le but de célébrer et de promouvoir la culture scandinave qu’un centre communautaire a vu le jour il y a 20 ans à Burnaby. « Le Scandinavian Community Centre organise plus de 2 000 évènements par an et combine premières générations de scandinaves avec expatriés et nouveaux arrivants », informe David Moulton, président de la Norwegian House Society, l’une des cinq maisons qui composent le centre.

Le 17 mai, un dîner dansant commencera par l’hymne national norvégien Ja, vi elsker dette landet, suivi de l’hymne canadien. « Un dîner d’influence norvégienne sera servi et un groupe jouera de la musique live », indique le responsable. La fameuse tradition du discours sera respectée avec une annonce conçue spécialement pour la fête. « Ce repas est ouvert à tous et sera une belle occasion de découvrir une culture parfois peu connue », soulève David Moulton.

Pour ceux qui ne peuvent se rendre au centre, tout n’est pas perdu. C’est le cas d’Anna Djerfi, étudiante norvégienne en design à l’école Emily Carr : « C’est mon premier Syttende mai à Vancouver. Je n’étais pas au courant de l’existence d’un centre et je ne fais pas partie d’un groupe scandinave », raconte-t-elle. Si le temps le permet, la jeune fille indique qu’elle ira probablement le passer en extérieur avec des amis, « à manger une glace et un hot dog, les éléments de base pour une fête nationale réussie », plaisante-t-elle.

Tour d’horizon de la communauté

Au Canada on comptabilise près de 450 000 canadiens d’origine norvégienne dont plus de 130 000
en Colombie-Britannique, représentant ainsi l’un des plus importants groupes ethniques européens du territoire.

Les premiers migrants sont partis des villes côtières norvégiennes à la fin du 19e siècle et au début du 20e, souvent pour des raisons économiques. Ils se sont répartis dans tout le pays mais c’est principalement en Colombie-Britannique et en Alberta qu’ils se sont installés et ont pu retrouver des conditions de vie similaires à celles de leur pays d’origine.

Les Norvégiens ont apporté avec eux leurs habitudes et traditions, notamment celle du saut à ski. Ils se sont vite acclimatés au mode de vie et ont pu continuer à exploiter leurs connaissances dans les domaines de la pêche, la marine, et la forêt. Aujourd’hui complètement intégrés dans la culture canadienne, ils n’en gardent pas moins leurs traditions et fêtes.

Ce 17 mai, si vous souhaitez vous joindre à la fête norvégienne, le dîner du centre scandinave de Burnaby vous attend !

www.scandinaviancentre.org

Leave a Reply