Léna Ka, demi-finaliste au concours des Voix de la poésie

Les Voix de la poésie annonce 42 demi-finalistes, de la 3e secondaire au cégep, parmi des milliers de participants de 1 400 écoles à travers le pays, dans son concours de récitation. Le concours, qui comprend trois sections : anglaise, française et bilingue, exige que les élèves apprennent deux poèmes par cœur et les récitent, afin de promouvoir la poésie classique et contemporaine et d’encourager l’amour du genre de la poésie. Léna Ka, la seule demi-finaliste de la C.-B. dans la section bilingue, partage son expérience par rapport à la poésie.

Léna Ka, 17 ans, est une élève du diplôme Baccalauréat international à l’École secondaire Jules-Verne. Bien qu’elle soit plus à l’aise en français, elle adore réciter des poèmes autant en anglais qu’en français.

Ses performances, qui ont d’abord eu comme public une salle de classe, se sont progressivement étendues au jury et aux spectateurs dans tout le Canada.

« Le concours des voix de la poésie a commencé dans mon cours d’anglais, c’est un professeur qui nous a fait réciter un poème en classe. Ensuite on a fait un concours au niveau de l’école, puis comme j’y ai réussi, j’ai pu faire le concours en ligne », exprime-t-elle.

Faire sortir le sens des oèmes

Réciter un poème, c’est l’exprimer et l’interpréter avec une empreinte personnelle et Léna Ka va au-delà de la mémorisation des textes pour trouver le sens même des poèmes.

Léna Ka, demi finaliste de la catégorie bilingue du concours Les voix de la poésie. | Photo de Lifetouch

« Des fois on a des poèmes et même s’ils sont beaux, je ne les ressens pas assez pour les réciter », dit l’élève. « J’ai choisi les poèmes qui m’ont touchée ».

Passionnée par le théâtre, elle apprécie notamment le côté récitation de la poésie.

« Je pense que le théâtre m’a aidée à transmettre des émotions dans ma récitation », explique-t-elle.

Cependant, elle aborde la récitation différemment, avec l’intention de délivrer au mieux le sens exact des vers, de rester fidèle au poème.

« J’ai essayé de mettre de l’avant le texte plus que mon jeu. Il me semble que dans une récitation de poème, c’est le jeu qui doit aider à amplifier le texte, et non pas l’inverse », explique Léna Ka.

Ce qu’on voit dans les poèmes

Les deux qu’elle a sélectionnés sont des poèmes pour lesquels elle ressent une véritable affinité – We Wear the Mask par Paul Laurence Dunbar en anglais et L’invitation au voyage de Charles Baudelaire en français.

« L’important c’est surtout de comprendre le poème et ce qui se dit, pas seulement de réciter les paroles », affirme-t-elle.

Léna Ka dévoile sa réflexion personnelle sur We Wear the Mask :

« Pour moi, ce poème dénonce ce que ressentent les populations afro-américaines, et toutes les minorités qui sont victimes de discriminations en général. Je pense que ces vers montrent aussi l’hypocrisie de la société. J’ai l’impression qu’il y a une sorte de double-sens à ce poème car il dit qu’il faut « porter le masque », mais en même temps, le poème lui-même sert de moyen de protestation ».

De même, la jeune fille trouve dans le poème de Charles Baudelaire « L’invitation au voyage » certains éléments avec lesquels elle entre en résonance.

« C’est la sensibilité du poème qui m’a le plus touchée. J’ai aussi aimé la douceur des mots et les rimes. Je trouve qu’on ressent bien les sentiments du poète et qu’on peut facilement imaginer le « pays » dont il rêve », précise-t-elle.

Après son programme du Baccalauréat international, elle a pour ambition d’étudier les sciences politiques et le théâtre à l’université en France.

La grande finale nationale du concours sera diffusée en direct le 22 avril en ligne. Le public est invité à regarder la vidéo de chaque demi-finaliste et à voter pour le prix Choix du public d’ici au 23 mars.

Pour plus d’info, visitez Lesvoixdelapoésie.com

Pour découvrir des vidéos des 42 demi-finalistes et voter, rendez-vous sur

www.lesvoixdelapoesie.com/choix-du-public

www.poetryinvoice.com/peoples-choice

Leave a Reply