Micron 05 : l’équilibre entre deux carrières

La création artistique n’est pas leur activité principale et pourtant, ils exposent aujourd’hui leurs œuvres. Rencontre avec deux artistes, Lisa Maria Bellano et Sean Coppel.

Lisa Maria Bellano et Sean Coppel ont tous deux des activités professionnelles dans des domaines éloignés de l’art mais ont décidé d’exposer leurs œuvres par l’exposition Micron 05. Tous deux partagent une passion pour les croquis, la bande dessinée et le fameux stylo Micron 05.

Sean Coppel étudie la chimie à l’Université de Victoria mais dessine dans ses loisirs. Cet étudiant d’une vingtaine d’années a croisé par hasard cette occasion : « J’ai trouvé une annonce sur un poteau téléphonique et je me suis dit que j’allais essayer ». Lisa Maria Bellano, elle, avait également trouvé cette affiche dans la rue; plusieurs mois avant Sean Coppel, elle avait déjà collaboré avec la galerie en septembre dernier pour l’évènement Power to the People.

Une passion de jeunesse

Leur passion commune pour le dessin remonte à leur jeunesse. Lisa Maria Bellano a été avocate puis artiste pluridisciplinaire : « Quand j’étais petite, je dessinais, chantais, dansais et faisais de la comédie, je créais ces mondes. Je lisais dans ma chambre et j’avais beaucoup d’imagination. » Sean Coppel explique, quant à lui, toujours avoir dessiné en dilettante : « Je faisais des croquis, généralement pour mes amis, et je j’illustrais des bandes dessinées. »

More or Less par Sean Coppel. | Photo par Sean Coppel

Cependant, Lisa Maria Bellano a très tôt réfléchi à marier ses deux passions : « Tout en faisant mon apprentissage en tant qu’avocate, je suis allée à une école de clown. Je suis devenue clown la même semaine qu’avocate ! Je savais que si je me cantonnais au droit et que je reniais ma passion artistique, je ne survivrais pas dans ce monde et si ça l’était, ce serait sans âme. »

Concilier vie professionnelle et passion artistique ?

chum par Lisa Maria Bellano. | Photo par Lisa Maria Bellano

Pour Lisa Maria Bellano, l’ambivalence professionnelle a toujours été présente. « Mes parents sont venus ici dans les années 50 et ce sont des gens très pragmatiques. J’ai toujours eu les deux messages dès mon plus jeune âge :
mon esprit est celui d’un artiste mais il faut gagner sa vie dans ce monde. J’ai l’impression de pouvoir vivre dans cet espace à nouveau, d’être redevenue une petite fille et de pouvoir dessiner. »

Abandonner son gagne-pain pour vivre pleinement sa passion ? Pas si sûr pour Sean Coppel, également pragmatique : « Si je pouvais vivre de l’art, c’est quelque chose que je pourrais considérer. J’essayerais de voir si je peux concilier ces deux activités. » Pour l’étudiant en chimie, le dessin garde son statut de passe-temps pour l’instant.

Lisa Maria Bellano confirme la difficulté qu’il existe à essayer de gérer deux activités professionnelles si différentes. Si elle avait quitté le droit qu’elle exerçait à temps plein pour se consacrer totalement à l’art, mais aujourd’hui, elle cherche davantage à conjuguer les deux activités. Un choix pas forcément facile : « C’est difficile, du moins pour moi, parce que ce sont deux langues différentes », confie-t-elle.

Se donner la permission d’être

the dunes par Lisa Maria Bellano. | Photo par Lisa Maria Bellano

Pour l’artiste-avocate, la pandémie donne une forme de permission d’explorer et d’essayer de nouvelles voies : « On voit que les choses changent et très rapidement. Et si le monde change, pourquoi pas moi ? Pour moi, ç’a été très libérateur. J’avais l’habitude de dessiner en tant qu’enfant mais je n’ai vraiment eu l’occasion de le faire en tant qu’adulte. »

Elle insiste sur la permission que chacun devrait saisir pour être soi et prêche pour un monde rempli de personnes plus passionnées et alignées sur le but de leur âme, et son conseil aux artistes en herbe hésitant à se jeter à l’eau est « de ne pas se mettre la pression. Je pense qu’il est important de faire des choses que vous appréciez. Si vous tentez quelque chose qui ne vous passionne pas, pourquoi le faire ? Si ça n’allume pas votre âme, pourquoi le faire ? »

Lisa Maria Bellano travaille actuellement sur un livre, des mémoires illustrés sur l’appartenance, l’identité et l’enfance peuplées de fantômes et de créatures étranges, explorant la nature humaine.

Micron 05 : Drawings from Lisa Maria Bellano et Sean Coppel est à découvrir jusqu’au 25 avril 2021 à Outsiders and Others Art Society en personne et en ligne.

www.outsidersandothers.com/lisa-maria-bellano-and-sean-coppel

Instagram de Lisa Maria Bellano : www.instagram.com/saint.salty

Leave a Reply