Les élèves du Journal de l’École des Pionniers-de-Maillardville remportent le prix pédagogique Henriette Moreau

Le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) a annoncé à la mi-juin que des élèves de l’école des Pionniers-de-Maillardville à Port Coquitlam ont remporté le prix pédagogique Henriette Moreau – prix de reconnaissance pour un projet se distinguant par ses aspects de promotion de la langue française et de la culture francophone – pour la création de leur journal EDPresse !

Le journal EDPresse est né en septembre 2021 et fait partie d’un ensemble de nombreuses initiatives mises en place au sein de l’école pour et par les élèves – guidées par leur ambassadrice – et soutenu par la direction.

Parmi ces projets figuraient également le club de débat, le comité d’amélioration du secondaire, le groupe de musique EDP, et enfin la galerie d’art Le passage.

De gauche à droite en haut : Emma Bastien 11e, Zach Bloom 8e, Dunja Popovic 8e, Agam Alter 5e, Harmonie Garry (Ambassadrice). De gauche à droite en bas : Matthew Vailant 8e, Teo Planchenault 8e, Sabina Svoboda 8e, Jacquelyn Henri 8e.

L’équipe du journal de l’école, composée de dix élèves et de leur ambassadrice, s’est rencontrée une fois par semaine durant toute l’année scolaire pour proposer des articles et une thématique en rapport avec les évènements de l’école, mais aussi du monde.

« Le but du club du journal de l’école était d’attiser la curiosité des jeunes à la lecture en français sur des sujets qui les intéressent, mais aussi pour mettre en valeur des travaux d’élèves. C’est un très beau moment d’échange entre des jeunes de différents âges, sur une base de discussion équitable et ouverte » C’est Harmonie Garry, ambassadrice de la culture francophone à l’école des Pionniers-de-Maillardville, qui a encadré le club du journal et a aidé les élèves tout au long de cette année.

Grâce à leurs efforts, l’équipe du journal a reçu le soutien de la mission Connecte du Conseil Jeunesse Francophone de la Colombie-Britannique. Ce soutien leur a permis entre autres d’imprimer les douze éditions en de nombreux exemplaires pour l’école, de travailler au développement de la communication et de la diffusion de leur journal.

Les élèves ont su faire évoluer leurs éditions au fil de l’année, faisant ainsi grandir davantage leur lectorat. Un édito a même été créé, où chacun des membres du club pouvait s’exprimer sur un sujet précis, à tour de rôle d’une édition à l’autre.

« Ce que j’ai le plus apprécié, c’est que nous avions une grande liberté sur l’écriture des articles, sur le choix de sujets plus sensibles et difficiles à évoquer comme la guerre en Ukraine. » Zach, 8e année.

Emma, 11e année et présidente du club du journal, souhaiterait que cette initiative se généralise dans toutes les écoles francophones de la province, puis dans tout le pays.

« Le journal francophone représente une possibilité de s’épanouir dans une autre langue. Il représente un espace où l’on peut s’exprimer librement, où l’on ne se sent pas jugé, et où l’on peut partager nos opinions, toujours basées sur des faits ou des entrevues avec des personnes qui connaissent le sujet. »

Un très bel exemple de collaboration et d’entraide entre les élèves, appuie l’ambassadrice de la culture francophone et la direction de l’école des Pionniers-de-Maillardville.

A noter que le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique encourage et soutient ce type de projet pédagogique qui permet, selon l’institution scolaire, une large ouverture d’esprit et l’apprentissage de différentes disciplines comme l’écriture ou le travail d’investigation. Et le CSF de souligner que ce sont des savoirs qui offrent un plus large développement de nouvelles capacités valorisantes pour l’avenir des élèves.

Bravo à eux, et chapeau bas pour ce prix !

Leave a Reply