Lors du scrutin du 15 octobre prochain, les électeurs francophones sont invités à élire des conseillers scolaires qui ont à cœur l’enseignement en français

Les élections générales locales de 2022 incluant les élections des conseils scolaires auront lieu le 15 octobre en Colombie-Britannique. Et à la veille de ce scrutin, il est important de rappeler que les conseillers scolaires font partie du tissu social; ils apportent une perspective locale dans le cadre de leur travail au sein des conseils d’enseignement public. Leur contribution aux discussions avec les conseils scolaires et le ministère de l’Éducation et des Services à la petite enfance est essentielle.

Je m’appelle Patrick Gatien et je suis président du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF). Le CSF veille à ce que la communauté francophone de la Colombie-Britannique ait un droit égal à l’enseignement public. En qualité de conseiller scolaire, je souhaite que les enfants francophones de la Colombie-Britannique puissent tirer profit du plus grand nombre possible d’occasions. Voilà ma principale motivation. Il est impératif que les francophones de la Colombie-Britannique soient bien informés au sujet des élections au CSF, non seulement pour qu’ils votent, mais aussi pour qu’ils songent à se présenter comme conseillers.

Si vous souhaitez vous présenter comme conseiller scolaire, vous devez le faire pour les bonnes raisons. Je comprends qu’il puisse y avoir beaucoup d’enjeux politiques sur la table, mais ce ne devrait pas être votre principal objectif. En effet, vous devriez plutôt vous présenter parce que vous souhaitez que les enfants aient la meilleure éducation possible. En qualité de conseiller, vous devez veiller à ce que nous mettions en place des programmes qui assureront la réussite de la prochaine génération. Les conseillers devraient toujours s’efforcer d’offrir l’équité entre les écoles de la Colombie-Britannique. Un mandat de conseiller scolaire ne doit pas être un simple tremplin vers un autre rôle politique. C’est un travail difficile qui demande beaucoup d’efforts. De plus, les conseillers sont responsables d’une ressource très précieuse : les enfants. Chaque candidat doit toujours avoir cette responsabilité en tête.

Dans mon rôle de président du CSF, je veille à ce que les discussions et les décisions du conseil aient une incidence positive sur les apprenants. Certes, il s’agit d’un mandat qui comporte beaucoup de tâches administratives qui sont nécessaires, mais je tiens à m’assurer que le conseil discute activement des questions qui aideront directement les enfants.

Le CSF joue un rôle important pour ce qui est de représenter la communauté francophone dans toutes les conversations sur l’enseignement public. Je veux veiller à ce que la communauté francophone ait un siège à chaque table et qu’elle soit toujours prise en considération. Nous n’avons pas toujours besoin des mêmes choses que les conseils scolaires anglophones. C’est à nous que revient de plaider pour les besoins des élèves francophones.

Lorsque la pandémie a commencé, nous avons craint que les élèves ne doivent interrompre leur parcours d’apprentissage. Or, nous avons été en mesure de garder leur expérience au cœur des priorités. Nous nous sommes assurés que les élèves étaient en sécurité et toujours entourés de leurs pairs, qu’ils pouvaient continuer de profiter de l’aspect social important de l’école et qu’ils recevaient toujours un enseignement de qualité. Nous avons travaillé dur pour que nos élèves continuent de faire des progrès plutôt que de stagner. Je pense que nous pouvons être fiers du chemin parcouru et dire que, grâce à leur travail, les conseillers scolaires ont permis d’atténuer les répercussions de la pandémie sur les élèves de la Colombie-Britannique.

Photo de Patrick Gatien

Le 15 octobre prochain, en votant pour élire les conseillers scolaires, vous pourrez choisir parmi des candidats qui incarnent bon nombre de vos valeurs et qui comprennent les enjeux uniques auxquels est confronté votre conseil scolaire local. Les électeurs francophones doivent apprécier le caractère unique et important du conseil d’administration de notre CSF et voter pour des conseillers qui ont à cœur l’enseignement en français. Sans la participation de la communauté francophone de la Colombie-Britannique, le CSF n’aura pas une représentation adéquate pour continuer à avancer. Pour en savoir plus sur le processus d’élection du CSF, veuillez consulter notre site web.

Il est très valorisant de servir en tant que conseiller scolaire. C’est formidable de voir l’incidence de notre travail sur les enfants et tout ce que nous pouvons faire pour améliorer leur éducation. Toutefois, nous pouvons toujours en faire plus. Si vous voulez mettre l’épaule à la roue, envisagez de vous présenter.

Source: British Columbia School Trustees Association (BCSTA)

Leave a Reply