Les vieux démons du racisme sont-ils de retour ?

Photo par bcgovphotos, Flickr


C’est une sorte de cliché instantané de la nation sur les relations intercommunautaires que viennent de publier conjointement l’Association des études canadiennes (AEC) et la Fondation canadienne des relations raciales (FCRR).

Ce document, mis à jour en tenant compte de la pandémie qui touche également le pays, permet de se faire une idée assez proche de la réalité de l’opinion qu’ont les Canadiens sur les divers groupes ethniques qui composent la population.

La Colombie-Britannique et les Asiatiques

Ainsi, c’est en Colombie-Britannique qu’un peu plus d’un quart des personnes interrogées se déclarent inquiètes d’être en contact avec les Asiatiques. Interrogée à ce sujet, Patty Chang, agente immobilière d’origine chinoise et établie au Canada depuis plus de trente ans et elle-même victime d’un acte de racisme à Richmond en février dernier explique : « Cela peut être des gens très mal élevés qui nous insultent, jusqu’à ce qui m’est arrivé, une agression par une femme blanche furieuse d’avoir cogné sa propre voiture contre mon pare-choc arrière ». Les raisons sont multiples : « La communauté chinoise est perçue comme très riche, ce qui attise la jalousie, mais aussi comme responsable de l’épidémie de la Covid-19. Il ne faut pas grand-chose pour que la jalousie et la frustration se transforment en violence ».

Une étude qui fait réflechir.

Les actes anti-asiatiques ont ainsi beaucoup augmenté depuis le début de l’année (plus de 60 pour cent selon les chiffres de la police de Vancouver au 6 mai 2020), au point que le premier ministre John Horgan lui-même s’en est ému le 6 mai dernier.

Pourtant, les autorités médicales, en la personne du docteur Brian Conway, directeur du centre des maladies infectieuses de Vancouver, saluent depuis le début de la crise la participation des Canadiens d’origine asiatique à la lutte contre le virus. Jennie Zhang, analyste au BC Health Service explique : « Pour nous, les mesures de distanciation sociale et le port du masque font partie de notre culture. Avant même le début de la crise ici au Canada, nous nous faisions envoyer des masques et des produits de nettoyage par nos familles en Chine et sur Internet avant de les redistribuer à nos connaissances et à notre communauté ».

A titre de comparaison, à l’échelle du pays, huit Canadiens sur dix ont une opinion positive des personnes d’origine asiatiques, selon l’étude.

L’image des musulmans évolue

Autre enseignement de l’enquête, c’est l’amélioration de l’image de la communauté musulmane entre 2013, 50% d’opinion positives, et 2020 en augmentation de 12%, avec en Colombie-Britannique une opinion nettement supérieure à la moyenne nationale à 73% positive. On note ainsi une très forte disparité avec le Québec où ce chiffre n’est que de 49%. Cette évolution semble provenir d’une amélioration des relations entre les musulmans et les non-musulmans qui étaient à 32% positives en 2016 (au plus fort de l’influence du soi-disant « Califat islamique » et à la fin de la crise des migrants) et qui grimpent à 50% désormais.

Et celle des autochtones stagne

En comparaison, c’est du côté des communautés autochtones que la situation évolue le moins. Ainsi ne varie-t-elle que de 2% à 41% d’opinion positive à l’échelle nationale. Il y a quatre ans, cette opinion s’établissait à 39%. Cette fois, ce sont les provinces du centre-ouest, le Manitoba, la Saskatchewan et l’Alberta, qui sont les plus inquiètes au sujet de leurs rapports avec les communautés autochtones, autour de 63% des personnes concernées ayant exprimé leurs craintes à ce sujet.

Les femmes et les jeunes plus sensibles

Enfin, ce que révèle le rapport, c’est la propension des femmes à s’inquiéter du racisme et de la discrimination davantage que les hommes. Si ces derniers expriment leurs craintes à 47%, les femmes sont plus de 61% à se montrer préoccupées par ces sujets, en particulier la discrimination. Ce chiffre est très proche de celui des catégories d’âge qui montre que 62% des jeunes de moins de 34 ans expriment une inquiétude, toujours sur les mêmes sujets, quand ce chiffre tombe à 51% pour les personnes de 35 ans et plus.

Cette étude est à mettre en rapport avec l’importance des communautés précitées dans chacune des provinces, à l’exception notable de l’Ontario qui est la province dans laquelle la communauté musulmane est très présente mais ne suscite pas de craintes à la hauteur de celle des autres communautés importantes comme les Asiatiques en Colombie-Britannique ou les autochtones au centre du pays. Pourrait-on parler d’exception ontarienne ?

Pour plus d’informations, visitez le : www.crrf-fcrr.ca/images/AEC_-_Capturer_le_pouls_de_la_nation_-_Mars_2020.pdf

Leave a Reply