La « Vancouver Black Library » ramène la communauté noire à ses racines dans le vieux quartier Strathcona

Au cours des assouplissements des mandats sanitaires de distanciation sociale pendant la pandémie, certains ont saisi leur liberté retrouvée pour s’identifier et se rapprocher d’une communauté. Pour d’autres, cette période d’isolement a démontré le besoin de créer des espaces pour susciter la convivialité. Et c’est justement ce qu’avait à cœur Maya Preshyon, étudiante à l’Université de la Colombie-Britannique, quand elle a fondé la Bibliothèque de la communauté noire de Vancouver en septembre 2022. L’absence d’un pôle communautaire noir a été la motivation pour créer cette bibliothèque connue sous le nom de Vancouver Black Library (VBL) dans le quartier Strathcona.

Aujourd’hui la bibliothèque offre une variété de livres portant sur la communauté noire, que ce soit par leurs auteurs ou par leurs sujets. Avec en outre une grande ambition de mobiliser les personnes de race noire et celles dites racialisées autour de la bibliothèque qui rassemble régulièrement la communauté par le biais de plusieurs activités.

Des événements attrayants pour le grand public

Deux fois par mois, la bibliothèque invite des artistes de la grande agglomération de Vancouver à partager leurs divers talents qui vont de la musique à la poésie pendant les soirées Open mic Couch Jams.

« C’est une excellente scène pour des artistes et des musiciens, qui permet aux débutants de se faire connaître et aux artistes reconnus d’essayer du nouveau matériel. », expliquent les organisateurs.

« Ces soirées donnent l’occasion aux artistes et aux musiciens BIPOC qui sont sous-représentés de se retrouver. » BIPOC pour Black, Indigenous, and people of Colour (NDLR). Un acronyme qui regroupe les communautés noires, autochtones et les autres groupes racialisés.

Session « Couch Jams » : Soirée Open Mic à la Vancouver Black Library. | Photo de Vancouver Black Library

Durant ces spectacles, des personnes moins habituées à chanter ont l’occasion de saisir le micro pendant l’une de leurs soirées karaoké, ou bien d’assister à l’une des nombreuses activités offertes durant l’année : séances de création artistique, barbecues en été, ou lors de certaines fêtes.

Ce mois de février, la bibliothèque envisage d’organiser une fête commune pour célébrer le Nouvel An lunaire et le Mois de l’histoire des Noirs. Et pour la Saint-Valentin, ils proposent une soirée Match Making. Pour plus d’informations sur ces événements, veuillez visiter leur page Instagram : www.instagram.com/vanblacklibrary

En plus de ces évènements de divertissements, la Bibliothèque s’active également en passant par les réseaux sociaux : un parcours rapide sur leur flux Instagram présente une mosaïque d’invitations à plusieurs ateliers qu’ils ont organisés en 2023. Et cette année ne fera pas exception. En entrevue avec La Source, la Vancouver Black Library prévoit une année chargée avec des occasions pour apprendre et explorer au cours des ateliers qui porteront sur plusieurs thèmes tels que la littératie financière, la photographie et la production musicale.

Hommage à Hogan’s Alley

Située au 268 Keefer Street, la bibliothèque se trouve à une douzaine de kilomètres du campus de UBC ; l’emplacement de cette initiative a été choisi non pas pour sa proximité, mais plutôt pour rendre hommage à Hogan’s Alley, l’un des premiers refuges pour les communautés racialisées de la province. « Hogan’s Alley était une communauté multiculturelle et multiethnique », explique Djaka Blais, la directrice générale de la Hogan’s Alley Society. « C’était un endroit où les gens pouvaient trouver un logement abordable et, dans certains cas, c’était l’un des rares endroits où ils étaient accueillis. »

Park Lane, autrement connu sous le nom de Hogan’s Alley (la ruelle Hogan), était une ruelle qui s’étendait de Main Street à Jackson Avenue, jusqu’au East End de Vancouver.

Ce quartier a une histoire riche qui date du début du XXe siècle, quand les pionniers de la C.-B. se sont installés à Vancouver. Au cours des années 1900, le voisinage était très cosmopolite et il était composé de populations noires, d’autochtones, d’Italiens, de Japonais, et de Juifs.

Hogan’s Alley a été dénommé le « premier et dernier quartier de Vancouver ayant une forte concentration d’une population noire ». Bien que la majeure partie de Hogan’s Alley ait été détruite en 1970 pour un projet de rénovation urbaine, le quartier est demeuré un pôle communautaire pour la population noire de Vancouver. En 2006, le quartier abritait encore de nombreuses familles noires, des entreprises et même la seule église noire à Vancouver, l’« African Methodist Episcopal Fountain Chapel. » Il y avait également une certaine vie nocturne, une boîte de nuit qui accueillait aussi bien les résidents locaux, les employés noirs des chemins de fer et les musiciens en tournée.

Suivez VBL à vanblacklibrary@gmail.com ou hi@vancouverblacklibrary.org ou sur Instagram à @vanblacklibrary et/ou soutenez la Vancouver Black Library à www.ko-fi.com/vanblacklibrary.

Heures d’ouverture : du vendredi au dimanche de 12 h à 18 h

Leave a Reply