Kimmortal ou le voyage identitaire

L’artiste queer filipinx, Kimmortal explore ses racines par le biais des cultures urbaines. Un cocktail détonant et engagé à découvrir au Centre Chan le 22 octobre prochain.

Kim Villagante alias Kimmortal, issu.e d’une seconde génération philippine (racines Ilocano et Visayan des provinces Pangasinan et Negros Occidental aux Philippines), est un.e artiste multidisciplinaire touchant à la musique, la danse, le théâtre, la poésie et l’art visuel.

Né.e au Canada sur le territoire non-cédé des peuples Salish de la côte, l’artiste non-
binaire se dit faire partie d’un grand cercle de guérisseurs queer trans femme filipinx et affirme la différence de son identité.

L’artiste queer filipinx, Kimmortal. | Photo de Chan Centre

Si les œuvres de Kimmortal touchent un large public, l’artiste a porté une attention particulière aux jeunes en animant des ateliers de poésie et de sculpture sur argile à destination de cette cible.

Des racines urbaines dans le hip hop
Les premières amours artistiques de Kimmortal se portent d’abord sur la culture urbaine avec le rap, auquel iel s’identifie et sa première influence sera l’américain Lil Bow Wow. Cette découverte artistique le/la pousse à vouloir reproduire à la fois la musique mais surtout les chorégraphies du rappeur et c’est ainsi qu’iel se construit en puisant force et affirmation.

Dans la mouvance des cultures urbaines, l’artiste pluridisciplinaire a également animé de nombreux clips vidéo.

La pochette de l’album.

Son album alt-rap/soul/électronique X marks the Swirl intègre du slam, du rap et des passages mélodiques. Sélectionné pour le prestigieux prix Polaris, il est désigné comme l’un des « 19 meilleurs albums de 2019 » par la CBC, et nommé pour un Western Canadian Music Award.

L’artiste écume les scènes du SXSW, du JUNOfest, de Rifflandia, du NXNE, et se retrouve également en tête d’affiche du Winnipeg Pride Festival.

Voyage identitaire
Issu.e d’une famille ayant pour souhait son intégration dans une société blanche canadienne, iel ne se reconnaissait pas et a été victime du racisme à l’école.

C’est au cours d’une rencontre avec un activiste noir après l’un de ses concerts qu’iel va orienter son parcours artistique vers ses racines philippines et intégrer davantage d’éléments pour s’élever contre le racisme.

Iel a donc créé un espace pour les artistes philippins rassemblés autour de la nourriture pour célébrer la communauté et fin 2020, iel est contacté.e par la Vancouver Art Gallery pour un spectacle annuel Fuse. Kimmortal a également travaillé avec trois autres artistes filipinx pour créer une œuvre multimédia afin de promouvoir l’art filipino.

Photo de Chan Centre

En tant que queer filipinx, iel découvre l’identité philippine par le biais de l’art. Cependant, l’artiste n’oublie pas sa première influence, part de son identité : le hip hop ainsi que la musique afro-américaine.

Kimmortal est très conscient.e de sa part de responsabilité dans l’usage de ses racines urbaines et s’interroge sur la façon de rendre à la communauté afro-américaine de façon artistique.

Le prochain album de Kimmortal sortira au printemps 2022. Kimmortal sera au Centre Chan le 22 octobre à 20h.

Pour plus d’informations : www.chancentre.com

Leave a Reply