Greffes, nature et culture

Rapprochant corps et histoire, nature et civilisation, les œuvres d’Ali Cherri ouvrent une réflexion essentielle sur la relation entre nature et culture, tout en s’intéressant aux significations multiples de « greffes ». En associant des objets et œuvres de cultures différentes, collectés sur des marchés ou dans des salles de ventes, et y ajoutant des matériaux issus d’animaux ou végétaux, l’artiste fait naître des chimères magnifiques qui célèbrent les différences et le renouveau.

Originaire du Liban, Ali Cherri, artiste érudit et multidisciplinaire, a été témoin de la guerre civile et s’intéresse aux répercussions des conflits sur les corps et les monuments, tous témoins de différents traumatismes au gré du temps et des conflits. Vivant aujourd’hui entre Beyrouth et Paris, Cherri a été formé au Liban puis en Europe avant d’acquérir une reconnaissance internationale pour ses créations interrogeant les notions de beauté et de culture et s’intéressant aux procédés archéologiques tout comme à la séparation entre nature et culture, objet et œuvre d’art.

L’exposition GRAFTINGS est présentée au Vancouver International Centre for Contemporary Asian Art (Centre A). | Photo de Centre A

Exposée au Centre A de Vancouver, la série GRAFTINGS explore les notions d’héritage et de greffe, d’un corps à un autre, d’une plante à une autre, pour créer un nouveau corps, une nouvelle culture, ayant sublimé ses cicatrices pour devenir plus forte et plus vivace. Ces associations éclectiques d’œuvres de l’autre bout du monde, de plumes et d’os font des créations présentées dans cette exposition un cabinet de curiosité de civilisations.

Mais ces oeuvres dépassent la simple évocation des ruines et blessures issues des guerres et des ravages du temps. Elles rappellent que les mélanges et juxtapositions de cultures dans l’histoire comme de nos jours soulignent la résilience des cultures et communautés qui font face à ces conflits et renaissent sous de nouveaux traits comme la nature après l’orage.

De l’assemblage de différentes œuvres d’art antiques ou brisées, associées à des éléments naturels, Ali Cherri fait pousser l’espoir sur les ruines et crée des entités nouvelles et fécondes à partir d’œuvres ayant été malmenées par le temps. Les œuvres de l’artiste cosmopolite permettent au public de rendre hommage à la résilience collective lors de conflits et temps difficiles mais aussi à honorer les entités naissant de ces chocs violents tout comme les blessures marquant le vécu de chacun, et faisant de tout être une oeuvre unique et un témoin de l’histoire.

L’exposition GRAFTINGS est à découvrir jusqu’au 31 août 2022, du mercredi au samedi, de midi à 18 h, au Vancouver International Centre for Contemporary Asian Art (Centre A).

Leave a Reply