Une 26e édition du Parlement jeunesse francophone de la C.-B. sous le signe de l’engagement et de la détente

L’un des événements du Conseil jeunesse francophone de la C.-B. le plus attendu de l’année s’est déroulé avec un franc succès du 18 au 21 janvier 2024 à Victoria. Ce rassemblement jeunesse annuel a accueilli près de cent jeunes de partout en province. Les participants ont vécu des moments passionnants durant les débats à la Chambre. Pour la jeunesse francophone en milieu minoritaire, c’est une activité idéale pour la pratique du français. Une joute oratoire engagée et amusante.

Élodie Dorsel
IJL – Réseau.Presse – Journal La Source

Amélie Préville, étudiante de troisième année à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) en sociologie, en est à son 3e PJFCB et à sa 14e simulation parlementaire francophone à travers le pays et ce, sans aucune intention de s’arrêter. Cette année, elle a tenu le rôle de première ministre. « Faire partie du cabinet me donne la chance de redonner à la communauté qui me tient tant à cœur et d’être pour d’autres jeunes la personne qui m’a tant inspirée quand j’ai commencé à participer », raconte-t-elle. Durant la fin de semaine, tous les jeunes sont fortement encouragés à débattre en Chambre et ils sont aidés pour formuler des discours ou proposer des amendements. « C’est vraiment pour moi un évènement qui permet aux jeunes, moi inclue, de s’épanouir ! Non seulement grâce à leur confiance et leurs habiletés d’orateurs mais aussi par le biais des rencontres et des amitiés forgées durant la fin de semaine. » Prononcer un discours debout, devant près de cent personnes qu’on vient de rencontrer, ce n’est pas évident !

Mais les jeunes se rassemblent, en raison de l’intérêt qu’ils portent pour l’art oratoire et pour les énoncés de politique. « Nos centres d’intérêts communs, en plus de nos réalités de francophones en milieu minoritaire, font en sorte que c’est vraiment facile de créer des liens extrêmement forts entre nous, et ces amitiés-là durent pour la vie », poursuit Amélie Préville. L’activité du parlement jeunesse est un moyen qui permet aux jeunes de pouvoir se sentir à l’aise par rapport à leur français, tout en étant confiants de s’exprimer peu importe leur niveau. « La sécurité linguistique est incroyablement importante pour une communauté en devenir. Je souhaite qu’au moyen de cette expérience, les jeunes apprennent à aimer leur langue et à en être fiers », espère-t-elle.

Maxime Boivin-Fortin, la coordinatrice du PJFCB 2024 dans le rôle de sergent-d’armes | Crédit: PJFCB

Maxime Boivin-Fortin, coordinatrice événementielle au Conseil jeunesse depuis 2022, constate aussi l’épanouissement des jeunes durant la fin de semaine. « On peut observer des liens qui se tissent entre les jeunes et on peut voir les participants des trois volets prendre confiance en eux », indique-t-elle. Ces volets étant les députés, les médias et le groupe d’action citoyenne. « Cette année, mon coup de cœur fut le groupe d’action citoyenne ! Les participants ont fait entendre leur voix par une pétition, du lobbying, une manifestation et même une chanson. Tous les jeunes de ce volet ont débordé de créativité durant cette édition ! », explique-t-elle.

Cabinet 2024. Haut de gauche à droite: Emily Deering ( représentante média), Arusha Davison (Leader de la chambre), Taleen Fawwaz (Représentante Action Citoyenne). Bas (gauche à droite); Victor Mihaila ( Vice-premier-ministre), Amélie Préville (Première-ministre), Geneviève Poitras ( Présidence), Chloé Lukac (vice-Présidence) | Crédit: PJFCB

Cette année. il y a eu certains défis organisationnels. « Avec l’inflation, il a été difficile pour nous de trouver un hôtel à des prix raisonnables. En bout de ligne, les prix d’hôtels ont affecté le nombre de participants possibles », révèle la coordinatrice. Puis, les conditions météorologiques n’ont certainement pas aidé la cause. « Les autobus n’ont pas pu partir le jeudi, comme prévu. Nous avons dû nous adapter, repousser l’arrivée de certains jeunes et revoir la programmation », déclare Maxime Boivin-Fortin. Avec son équipe de coordination, elle voulait s’assurer que les jeunes soient prêts dès leur arrivée. « Il y avait une énergie spéciale cette fois car il y avait de fortes chances que le PJFCB soit annulé à cause de la météo. Tout au long de la fin de semaine, on a vraiment ressenti la reconnaissance des jeunes pour y avoir participé », témoigne-t-elle.

Rappelons que le Parlement jeunesse francophone est un des plus grands événements qu’organise le Conseil jeunesse durant l’année mais comment se fait-il que tout ce travail de députés, cette fin de semaine à débattre des projets de lois en Chambre, soit si attrayant et amusant ? « La force de cet évènement se mesure par l’énergie des jeunes, affirme simplement la coordinatrice. Au cours de l’événement, on peut ressentir la motivation, la bonne humeur, la créativité des jeunes, on ne veut que revenir, c’en est électrisant ! »

1ère rangée, de g.à d.).: Emily Deering, Arusha Davison, Chloé Lukac,Victor Mihaila, Amélie Préville, et Taleen Fawwaz. le cabinet après l’entartage avec tous les participants du PJFCB derrière | Crédit: PJFCB 2024

Le CJFCB aimerait féliciter les jeunes qui ont été élus par leur pairs pour faire partie du cabinet qui organisera le prochain Parlement jeunesse en 2025 !
– Présidence : Amélie Préville
– Première ministre : Geneviève Poitras
– Vice-présidente : Chloé Lukac
– Vice-premier ministre : Nicolas Hondier
– Leader de la Chambre : Gabrielle Delorme
– Représentant Action Citoyen : Camille Baretta
– Représentant Média : Emma Parisé

Maintenant – Messieurs, Mesdames – Le premier ministre, les ministres, les membres de l’opposition et le public – Le mot de la fin revient aux lecteurs et lectrices de La Source.

Leave a Reply