Les femmes déifiées de Lillian Liu

Lillian Liu dépeint des femmes telles des déesses. Son exposition Modern Fine Art Photography from the Female Gaze se tiendra à la Place des Arts de Coquitlam à partir du 21 janvier 2022.

Artiste aux multiples facettes, tour à tour musicienne, photographe et mannequin, Lillian Liu sublime la femme par son prisme de femme à travers des portraits fantastiques. Si elle admet être inspirée par l’Art nouveau, ses oeuvres sont aussi teintées d’influences baroques et de la Renaissance avec des accents modernes : « J’aime créer des contes de fées visuels. Pour ce projet, ça s’est fait parfois de façon « accidentelle ». Je construis mon projet artistique autour de la pièce envoyée. »

«… L’artiste Lillian Liu sublime la femme par son prisme de femme à travers des portraits fantastiques. » | Photo de l’artiste

Certains clichés ont été réalisés à Vancouver mais Lillian Liu a également voyagé pour créer ces photographies fantastiques. Elle a parcouru les États-Unis et l’Europe de l’Ouest, dont l’Angleterre, l’Allemagne, le Danemark ou encore la France.

Des femmes icônes et porteuses de traditions

« Je m’identifie en tant que femme et que je peux comprendre les femmes. De façon traditionnelle, elle a été représentée à travers un regard masculin. Du moins auparavant. Aujourd’hui, les choses changent un peu. Mais on ne pouvait pas avoir un véritable reflet de la Femme. Le regard masculin qui s’oppose au regard féminin est toujours présent. La plupart du temps, si on a un regard féminin pour raconter l’histoire d’une femme ou représenter une femme, il y a quelque chose de plus direct, une relation plus directe », explique Lillian Liu.

Il est facile de se perdre dans la beauté, selon la photographe : « On peut présenter les choses joliment, mais c’est intéressant de montrer des mannequins dans des positions de vulnérabilité, où elles pourraient être un peu moins à l’aise, ou même en colère pour avoir un jeu sur différents personnages au lieu d’avoir juste la perfection à montrer. »

Mais ces portraits en forme d’icônes sont également porteurs de cultures et de traditions : « Je voulais montrer de nouvelles oeuvres évoquant de nouvelles perspectives. Des contes de fées mais pas comme ce qu’on connaît. Je pensais qu’il était intéressant d’inclure des pièces inspirées par le Kazakhstan, une autre par la nation Squamish. Une plus grande gamme a plus d’intérêt lorsqu’on raconte des histoires. J’aimerais faire ça davantage à l’avenir. »

Un mélange de techniques

Si Lillian Liu utilise les méthodes traditionnelles de photographie et de la peinture, elle soutient l’usage des outils numériques qui permettent d’émanciper les créateurs et créatrices : « Avec les logiciels de retouches, vous êtes capable de changer les choses, les ambiances, la lumière et rendre les sujets mieux qu’en réalité. Bien sûr, vous pouvez atteindre ce résultat avec les bonnes technologies, le bon outillage. Même dans les films, il y a cette phase de retouche et de post-production. Si nous voulons en faire un monde fantastique, tous ces logiciels nous en donnent la liberté. »

Les avantages de ces outils sont également pécuniers et démocratiques : « Si vous êtes étudiant ou ayant un petit budget et que vous voulez créer un décor grandiose, vous ne pouvez pas vous permettre de dépenser 7 000$ pour louer un endroit, si vous désirez de beaux vêtements et que vous n’avez pas les 10 000$ de caution. Si vous voulez que les choses marchent, vous devez les faire par vous-même et ça permet de nettoyer. La technologie permet d’ouvrir des portes aux gens. »

Cette nouvelle année s’annonce chargée de projets pour Lillian Liu. L’artiste prépare des couvertures de livres fantastiques pour Penguin Random House et s’intéresse également à l’intégration du design 3D pour ses prochaines créations.

Pour développer au mieux sa créativité, l’artiste conseille de rester relié à son enfance : « Je pense que la curiosité et la part de folie liées à ça quand on joue avec des amis quand on est enfants, cette étincelle, vous en avez besoin. Restez en contact avec cet enfant et de bonnes choses arriveront. »

L’exposition est à retrouver du 21 janvier jusqu’au 10 mars à la Place des Arts de Coquitlam.

Pour plus d’informations : www.placedesarts.ca

Site officiel de Lillian Liu : www.lillianliu.squarespace.com

Leave a Reply